Ouganda : 36 travailleurs chinois clandestins arrêtés dans les chantiers de la construction du barrage de Karuma

barrage-de-karuma-a-kiryandongo-ougandaLes fonctionnaires de la Direction du contrôle de Citoyenneté et de l’Immigration ont arrêté le vendredi 7 octobre 2016 36 ressortissants chinois employés sans permis au projet du barrage hydroélectrique de Karuma en Kiryandongo.

Le commissaire du district de Kiryandongo  a annoncé que l’opération du vendredi après-midi a dévoilé que des dizaines des ressortissants étrangers travaillant dans le projet n’avaient pas des permis de travail.

Il explique que lorsque l’équipe d’immigration est entré dans le site sous couvert des touristes, ils ont trouvé plus de 100 ressortissants chinois travaillant, mais ont seulement pu interpeller 36 d’entre eux. Quand ils ont compris qu’il y avait une opération, la majorité a fui tandis que d’autres qui se trouvaient au camp ont couru se cacher dans une galerie sous terre au risque péril de leurs vies.

Sinohydro Corporation Limited, une entreprise chinoise choisie pour construire le barrage hydroélectrique emploie environ 4.000 collaborateurs. Le commissaire du district a révélé que environ 1.000 d’entre eux sont des ressortissants chinois dont la majorité sont entrés illégalement dans le pays.

Selon les lois sur l’immigration, les illégaux sont condamnés à une amende pour entrée illégale dans le pays. Ils sont ensuite déportés à leurs propres frais. Le ministère de l’Immigration perd au moins 52 milliards de Shs pour de tels services chaque année.

Emmanuel Decox Nyalo, l’agent des ressources humaines de Sinohydro a confirmé les arrestations. Il a cependant dit que les victimes ont un passeport valide.

Il blâme les fonctionnaires de l’immigration pour le laxisme qui permet l’entrée illégale dans le pays. Il est très regrettable que ces personnes peuvent rester ici pendant deux ans sans un permis de travail dans le pays. Cela est mauvais « , a-t-il dit.

Le projet de barrage de Karuma une fois achevé, va générer environ 600 Mégawatts. Le projet devrait coûter près de 1,7 milliard $, (environ 3,5 milliard de shillings). La banque Exim de Chine finance 85% et le gouvernement de l’Ouganda de 15%t.

Selon l’accord signé avec le gouvernement, le projet sera terminé d’ici décembre 2018. Cependant, après seulement trois ans de construction, de nombreux murs du barrage ont développé des fissures. Les membres du Parlement ont fait valoir que les fissures pourraient menacer l’avenir et la longévité du barrage.

Seulement un sur dix des ougandais ont l’électricité dans leurs maisons et l’état importe une partie de son énergie hydroélectrique des pays voisins. Une des raisons avancées pour justifier l’absence de l’électricité dans les foyers ougandais sont les tarifs trop élevés et une fois le barrage terminé, tous les ougandais espèrent que le tarif de l’électricité sera abordable pour tous.

Hassan Cher


 Share

Share this post:

Related Posts

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :