Djibouti: Justice pour la famille du juge Bernard Borrel assassiné à Djibouti sur ordre de Monsieur Ismaël Omar Guelleh

Juge Bernard Borrel assassiné à Djibouti en 1995Dans une semaine, nous allons commémorer le 19ème anniversaire de l’assassinat du juge Bernard Borrel à Djibouti. 19 ans que son épouse et ses deux enfants se battent pour la vérité, 19 ans d’attente et d’interrogations, 19 ans d’omerta sur cet assassinat maquillé en suicide. Le 19 octobre 1995, le juge Borrel est découvert calciné à 100 km de Djibouti, dans un ravin sans qu’il ne puisse présenter la moindre blessure.

http://www.dailymotion.com/video/xspmh_affaire-borrel-droits-de-suite_news

Aucune autopsie sérieuse, la mafia locale française sur place appuyée par les partisans de la Françafrique vont immédiatement conclure à la thèse du suicide. Il faudra attendre des longues années et c’est grâce au noble combat de son épouse, Elisabeth Borrel et à un témoin clé, le djiboutien Mohamed Saleh Alhoumekhani que la thèse du suicide sera abandonnée. Mohamed Saleh échappera de peu à l’assassinat au Yemen, sa famille sera expulsée de Djibouti et déchue de sa nationalité djiboutienne

http://www.rfi.fr/afrique/20131010-mohamed-saleh-alhoumenaki-affaire-borrel-france-djibouti-yemen-guelleh/

Les différentes autopsies effectuées sur le corps de Bernard Borrel infirment en effet la thèse de suicide puisque des coups ont été portés sur la tête du juge Borrel et deux carburants ont été utilisés sur le corps qui infirme également la thèse d’un suicide avec un seul carburant. Ismaël Omar Guelleh est le commanditaire principal de cet assassinat, et pour cause : le chef de l’escadron présidentiel de l’époque Mohamed Saleh Alhoumekhani aurait surpris le tyran djiboutien en conversation avec les bourreaux du juge lui confirmant que « le juge fouineur est mort ».

En effet, le juge Bernard Borrel enquêtait sur un vaste réseau de trafic d’enfants, de blanchiments d’argent mais aussi sur l’attentat du café de Paris qui avait coûté la vie à un jeune collégien de 9 ans, Vincent, attentat à la grenade dans lequel le nom d’Ismaël Omar Guelleh était cité.

Le juge Bernard Borrel fait partie de la longue liste des assassinats ciblés de Monsieur Ismaël Omar Guelleh et il rejoint tristement le cas de plusieurs personnalités civiles et militaires Djiboutiens: liste none exhaustive

-le colonel Abdi Bogoreh
-Youssouf Ali Chirdon
-Mohamed Djama Elabeh
-Idriss Farah Abaneh
-Général de division Yacin Yabeh Galab
– Colonel HAMUD AHMED FARAH connu sous le nom de Hamud Langadeh
-le commandant des douanes MOHAMED HASSAN DIABLE
-Mohamed Yacine, Pharmacien
-Le commissaire MOHAMED IDRISS dit KARAF
-ABDILLAHI DOUALEH ILAYEH
-MOHAMED MOUSSA AW-GUELLEH
-Le colonel OMAR BARREH de l’armée Nationale
-Le capitaine CAMUS de l’Armée Nationale

La liste est longue…Nous ne devons pas les oublier comme nous ne devons pas oublier l’assassinat du Juge Borrel qui est mort dans notre pays alors qu’il était venu servir les Djiboutiens. Le cas concernant la communauté AFAR relève d’un tout autre registre par l’ampleur d’une folie meurtrière et qui mérite la qualification juridique du génocide, crimes de guerre et crimes contre l’humanité. Nous devons tous battre pour que ces crimes de Monsieur Guelleh et de ses complices soient jugés devant la Cour Pénale Internationale.
Justice pour tous les Djiboutiens assassinés
Justice pour Hasna, Hafez, Sahal, Rayaleh, Arhiba
Justice pour la famille du juge assassiné Bernard Borrel.

Madame Elisabeth Borrel, je tiens à te dire que je suis avec TOI et tes enfants, que nous sommes avec VOUS !

Houssein IBRAHIM HOUMED


 Share

Share this post:

Recent Posts

Comments are closed.