Éthiopie : Des détenus politiques soumis à la torture

TorturesLes autorités éthiopiennes ont soumis des détenus politiques incarcérés dans le principal centre de détention de la capitale, Addis Abeba, à la torture et à d’autres mauvais traitements, a déclaré Human Rights Watch dans un rapport publié aujourd’hui. Le gouvernement éthiopien devrait prendre immédiatement des mesures pour réfréner les pratiques illégales au Centre des enquêtes criminelles de la police fédérale (Federal Police Crime Investigation Sector), aussi appelé Maekelawi, pour effectuer des enquêtes impartiales sur les allégations de violations des droits humains et pour amener les responsables à en répondre devant la justice.

Ce rapport de 70 pages, intitulé « ‘They Want a Confession’: Torture and Ill-Treatment in Ethiopia’s Maekelawi Police Station”» (« ‘Ils veulent des aveux’: Tortures et mauvais traitements au centre de police Maekelawi en Éthiopie ») documente de graves violations des droits humains, des techniques d’interrogatoire illégales et des conditions de détention déplorables au centre Maekelawi depuis 2010. Parmi les personnes détenues dans ce centre figurent un grand nombre d’opposants politiques, de journalistes, d’organisateurs de manifestations et de partisans présumés de mouvements de rébellion ethniques. Human Rights Watch a interrogé plus de 35 anciens détenus du centre Maekelawi et des membres de leurs familles, qui ont décrit comment les responsables avaient refusé de subvenir aux besoins les plus fondamentaux de ces détenus, les avaient torturés et maltraités afin d’extorquer des informations et des aveux, et les avaient privés de contacts avec un avocat et avec leurs proches.

« En plein cœur de la capitale, les autorités éthiopiennes commettent régulièrement des exactions pour obtenir des informations », a déclaré Leslie Lefkow, directrice adjointe de la division Afrique à Human Rights Watch. « Les passages à tabac, la torture et l’extorsion d’aveux ne sont pas des méthodes acceptables de traitement de journalistes ou de membres de l’opposition politique. »

Depuis les élections controversées de 2005, l’Éthiopie a intensifié la répression de diverses formes d’expression pacifique d’opposition, a déclaré Human Rights Watch. Les autorités ont eu fréquemment recours aux arrestations arbitraires et aux procès politiques, notamment dans le cadre de la contraignante loi nationale antiterroriste, contre des personnes considérées comme opposées au gouvernement, qui ont été détenues et interrogées au centre Maekelawi.

lien:http://www.hrw.org/fr/news/2013/10/17/ethiopie-des-detenus-politiques-soumis-la-torture

Share this post:

Recent Posts

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :