Djibouti: Chut ou Shoot dans « mes mosquées » à Djibouti !

museler mosquéAprès avoir expulsé et banni les Guireh Meidal de la Mosquée Zouber, également Mosquée symbolique du premier martyr, Mahamoud Elmi Rayaleh, le régime interdit les prédications religieuses qui se tenaient dans cette mosquée tous les jeudis soir ou occasionnellement après les prières quotidiennes. Aucun prêche ne doit provenir de cette lieu de culte rebelle semble être le mot d’ordre !
Au fait un berger dénommé Guireh, gardien de la mosquée, reconverti en muezzin par un concours de circonstances est propulsé imam incontesté après le vide laissé par l’emprisonnement de Guireh Meidal, imam officiel de cette maison de culte. Ce nouvel imam ignore les préceptes les plus élémentaires de l’islam et n’arrive même pas à lire correctement la Fatiha. Par conséquent, il n’est pas habilité à diriger une prière. Mais rassuré d’un soutien occulte, à peine dissimulé il maltraite les fidèles dans la mosquée. Il coupe l’eau, arrête les ventilateurs quand bon lui semble. Selon ses dires Abdallahi Abdi et les responsables du ministère des biens waqfs et de la culture lui ont sévèrement enjoint de ne jamais laisser quelqu’un prendre le microphone pour prêcher. Dans le cas échéant il serait licencié et ainsi perdrait son maigre salaire.

Faites taire cette mosquée que je saurais entendre dirait le sultan ! Suite à cela, il a empêché la tenue des prêches dans la mosquée à deux reprises, allant même jusqu’à couper la parole à un prêcheur devant les fidèles en éteignant le haut-parleur. C’était le mercredi 09 octobre 2013, et le sermonneur rappelait aux fidèles l’importance et le bien fait des dix premiers jours de Dh-ulhija, douzième mois du calendrier lunaire. Selon le prophète saw, ceux-ci constituent, les dix meilleurs jours pour accomplir des bonnes œuvres et se rapprocher de Dieu.
قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : « ما من أيام العمل الصالح فيها أحب إلى
الله من هذه الأيام»، يعني أيام العشر ، قالوا : يارسول الله ولا الجهاد في سبيل الله ؟ قال « ولا الجهاد في سبيل الله إلا رجل خرج بنفسه وماله فلم يرجع من ذلك بشىء » .
« Il n’y a pas des jours plus aimés de Dieu que ces jours (les 10 premiers jours de Dhu-Hijah », et les compagnons demandent, « même durant le Djihad dans le sentier d’Allah? » et le prophète répond « même durant le djihad dans le sentier d’Allah, sauf pour un homme sortit âme et biens pour Dieu dont il revient rien »
Une fois encore l’honneur revient aux fidèles de la mosquée de la résistance qui n’ont pas voulu répondre à la provocation gratuite orchestrée par les ennemis de la nation. Ils ont manifesté un sang-froid remarquable et un sens de la responsabilité séculaire en ne réagissant pas devant cet imam condamnable. Enfin, je vous rappelle que cette mosquée a été construite avant tout avec l’aide des contributions des fidèles des quartiers Cheik Moussa et d’autres mécènes Djiboutiens.
Ni silencieux, ni consentants,
Ensemble, nous pouvons faire mieux !

Abdourahman Houssein Farah

Share this post:

Recent Posts

Comments are closed.