Somaliland / Somalie / Dubaï : DP World vient de suspendre son projet d’investissement sur le développement du port de Berbera

Dubai Ports World - DP WorldDP World fait un pas en arrière, le samedi 3 septembre 2016, sur son investissement du port de Berbera, en Somaliland.

Depuis quelques jours une forte délégation du gouvernement de la Somaliland est présente à l’Emirats Arabes Unis, particulièrement à Dubaï.

La délégation conduite par le vice-président de la Somaliland,  Saylici, comprend aussi le maire de la ville de Berbera ; le nouveau gestionnaire du port de Berbera ; le ministre des affaires etrangeres, Saad Ali Shire ; le ministre de la planification nationale, Ali Shoombe ;  le ministre de la présidence, Mahamoud Hashi ; la ministre de finance, Samsam Abdi Adan, et le representant de la Somaliland à Dubaï, beau fils de Silanyo, Bashe Awil.

Cette importante délégation s’attendait à signer avec DP World la deuxième partie de l’accord de concession de la gestion du port de Berbera  et devrait encaisser un acompte du montant que Dubaï avait promis pour la signature de l’accord.

L’ultime discussion avec les négociateurs de l’Emirats de ce samedi 3 septembre 2016 se sont soldés à un échec cuisant et Dubaï a fait savoir officiellement à la délégation somalilandaise que DP World préfère attendre la tenue de l’élection présidentiel de la Somaliland prévu aux environs de mai 2017, pour se décider si son investissement sur le port de Berbera sera maintenu ou définitivement annulé.

Plusieurs éléments ont conduit les Emirats Arabes Unis à revoir son investissement sur le développement du port de Berbera :

  • Le licenciement injustifié de l’ex-gestionnaire du port de Berbera, Ali Hoor-Hoor, qui fut pour DP World une source d’information importante sur les activités et gestions du port ;
  • La pression du ministère de la finance et le chambre des comptes de la Somalie qui recommandent à Dubaï de passer obligatoirement à Mogadiscio. Une cacophonie administrative qui ne facilite pas les choses à DP World.
  • L’incertitude et l’instabilité dans lesquelles est plongé l’Ethiopie depuis ces derniers mois avec la révolte et les affrontements de plusieurs communautés du pays. Le contrat est intervenu peu après que l’Ethiopie et le Somaliland ont signé, le 31 mars, un accord sur l’utilisation du port pour les importations et exportations éthiopiennes. Pour Addis-Abeba, Berbera offre un autre accès à la mer, en plus de Djibouti par où transite la majeure partie de son commerce et elle devait assurer la protection militaire du port.
  • Etc…

Cet échec a déclenché une certaine exaspération dans la délégation et elle s’est divisée en deux blocs. D’un côté il y a : le ministre des affaires étrangères, Saad Ali Shire  et le ministre de la planification nationale, Ali Shoombe.

Et de l’autre côté : le ministre de la présidence, Mahamoud Hashi ; la ministre des finance, Samsam Abdi Adan, et le représentant de la Somaliland à Dubaï, beau fils de Silanyo, Bashe Awil.

Chaque  groupe pointe du doigt sur  l’autre afin de justifier le déboire rencontré à Dubaï.

Certains ministres somalilandais font plus loin et accusent le milliardaire djiboutien, Abdourahman Boreh, et DP World de corruption pour obtenir l’accord de la Somaliland. Ses sources ministérielles parlent un montant estimé à 3 millions de dollars US distribué à des représentants des peuples des deux chambres parlementaires de l’état autoproclamé de la Somaliland.

À suivre…

Hassan Cher


 Share

Share this post:

Related Posts

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :