Djibouti : Journée Mondiale contre la torture, NON à la torture à Djibouti !!!

SDS et la milice tortureEn cette journée mondiale contre la torture, la République de Djibouti qui a ratifié cette convention le 5 novembre 2002 continue d’infliger les traitements les plus dégradants de l’humanité à ses citoyens par le biais de son Président autoproclamé, Monsieur Ismaël Omar Guelleh qui a fait de la torture sa principale arme de dissuasion massive pour étouffer toute velléité d’opposition et distiller l’effroi et la soumission tout entière à Djibouti.

Être tortionnaire est même devenu une vocation pour bénéficier de l’amour du tyran : le tristement célèbre commandant Elmi Jess est même interdit de séjour par les autorités américaines à l’issue d’une formation qu’il devait effectuer au pays de l’oncle Sam. Le tortionnaire des jeunes de MJO a vu son rêve voler en éclats. Félicitations à l’Amérique qui a donné une belle leçon de liberté contrairement à mon pays, la France qui forme avec abnégation le système sécuritaire du tyran!

L’orchestre central du génocide, crimes de guerre et crimes contre l’humanité s’est aussi illustré par les tortures infligées à ses opposants d’hier comme d’aujourd’hui : Pour ne le citer que les plus célèbres d’entre eux qui continuent d’aller chercher leur gamelle quotidienne auprès du roitelet dans le minuscule palais de Haramous : Ougoureh Kifleh, Mohamed Ali Daoud dit Jean-Marie trouvent jouissance dans la servitude volontaire.

Leurs tortionnaires? Les tristement célèbres caporal Wagdi Djama Moussa et le sergent Ali Aden promus officiers supérieurs de l’armée djiboutienne, une armée plus identifiable à des interahamwes qu’à une armée nationale en raison ses répressions quotidiennes sur la population djiboutienne. Les victimes sont nombreuses pour ne citer que les plus célèbres comme le Docteur Ali Coubba Président du parti politique Uguta-Toosa, Hassan Mockbel actuel vice-Président du FRUD, Amir Adaweh, Ya’am LAKISSO à Tadjourah et combien d’autres victimes qui souffrent dans cet insupportable qui cherche à se supporter…

Mohamed Ahmed JABHA, le plus ancien prisonnier politique continue de subir quotidiennement cette pratique criminelle de la part de ses geôliers qui ont reçu carte blanche pour l’achever définitivement!

Mohamed BARKAT dit HARBI, Sahal Ali Youssouf, KARAF, Mohamed Elmi Rayaleh y ont laissé leurs vies…pour toujours. D’autres porteront irrémédiablement ces cicatrices malgré le charme évanescent du temps!

Combien d’autres subiront encore les affres de la torture à Djibouti?

Houssein IBRAHIM HOUMED

http://www.hch24.com/actualites/02/2014/djibouti-ismael-omar-guelleh-un-criminel-rattrape-par-ses-crimes-odieux/


 Share

Share this post:

Recent Posts

Comments are closed.