Djibouti / Erythrée / Ethiopie: L’AFAR FORUM, le rêve d’un peuple qui veut assumer son destin…

Rêve pour les uns, cauchemar pour les autres (surtout pour les génocidaires), l’AFAR FORUM qui a réuni au bas mot 600 personnes, a fini par s’imposer au fil des ans et à dicter sa loi en tenant contre vents et marées-surtout contre la médiocrité intellectuelle et le nivellement par le bas depuis bientôt 20 ans.

Fruit d’une longue réflexion des intellectuels AFARS qui se sont opposés très tôt au génocide de leur peuple à Djibouti, en Érythrée et en Éthiopie, c’est pratiquement la seule tribune qui permet à la diaspora devenue Apatride malgré elle, de resister encore et toujours contre la tyrannie des Etats répressifs de la Corne de l’Afrique.

Quel Plaisir de rencontrer pour la première fois des grands Hommes comme Yahya Soumadé qui est un des fondateurs de ce Forum avec bien sûr d’autres grandes figures de la résistance en acte comme le Docteur Abdallah Abdou de l’Université de Nichöping et le Docteur Mohamed Moussa Kontie de l’Université de Malmö, des universitaires hors normes qui font preuve d’une abnégation sacrificielle et qui continuent d’opposer une résistance farouche aux facteurs endogènes et exogènes qui tentent d’endiguer leurs nobles actions. L’ex-Général Hamadou Tahiro, un homme entier a raison de leur opposer son indifférence!

Quel Plaisir aussi de rencontrer le fils du puissant Sultan Omar Ali Mirah dont la sympathie et la modestie intellectuelle donnent l’envie de le connaître et d’aborder les sujets les plus sensibles de géopolitique avec une facilité déconcertante!

Quel Plaisir inouï enfin de rencontrer les représentants Afars de l’Érythrée qui m’ont remis un memorandum sur la situation de notre peuple et la catastrophe vécue depuis 1994, programmée par le régime de Monsieur Issais Afeworki et qui risque d’être encore chaotique si la communauté internationale n’intervenait pas en leur faveur parce que leur survie en dépend.

Le sang s’était figé dans mes veines en écoutant ces tragédies sans précédent, ce spectacle effroyable de désolation dans la Corne de l’Afrique qui touche particulièrement le peuple AFAR -surtout les femmes et les enfants-parce qu’il est différent, parce qu’il est un des rares à résister, parce que leurs territoires sont convoités pour des raisons économiques et politiques, et surtout parce que les AFARS n’ont pas d’avocat dans cette contrée d’Afrique, pour l’instant…

Une feuille de route pour les deux prochaines années a été mise en place se traduisant par plusieurs actions dont notamment le contact régulier des principaux acteurs concernés par la problématique Afar dans la Corne de l’Afrique de manière à ce que la force de frappe soit plus efficace dès que le besoin se fait sentir.

En tout état de cause, les AFARS ont compris qu’il fallait sortir du statut de victime pour être maître de leur destin: ils en ont, bien sûr, la possibilité et la capacité: AFAR FORUM aura donc été, une nouvelle fois, l’occasion de ne plus se laisser abattre de manière isolée, dans l’impunité la plus totale, par les régimes répressifs. Malheur donc désormais à celui qui tenterait de s’aventurer sur leur chemin.

Un homme avertit en vaut deux!

Houssein IBRAHIM HOUMED


 Share

Share this post:

Recent Posts

Comments are closed.