Djibouti : Les réseaux sociaux, opposant inatteignable pour IOG

hassan cherGrâce aux réseaux sociaux, aux mobile, aux courriels, le monde est désormais ouvert, et accessible. Les fortuits du passé disparaissent une à une. Bien entendu, il faut rester réaliste. Tout ne va pas changer du jour au lendemain. L’année 2011 avec ses révoltes et révolutions laisse imaginer que plus rien ne sera jamais tel que avant.

 Plusieurs régimes ont été balayés par ce phénomène virtuel.

 Aucune dictature ne peut résister à la puissance des réseaux sociaux. Même les régimes autoritaires où la censure est monnaie courante ne peuvent pas y résister. La dictature a besoin de secret et d’empêcher toute échange publique d’information. C’est plus facile de faire pression au patron de la presse du coin qu’aux blogueurs et internautes. La seule solution pour eux est de couper carrément la communication, mais il y a d’autres moyens de contourner cette mesure.

 La création de situations révolutionnaires via un nouvel outil très puissant.

A une époque, il suffisait de prendre le palais pour renverser le roi ou dictature. Par la suite on s’emparait des restes (casernes, journaux, radio, chaines de télévision, etc.…)

Aujourd’hui les mesures permettant de juguler une révolution réussie s’est élargi jusqu’aux actions inévitables dans l’infini du cyberspace. Pour leur propre salut, tous les tyrans, les dictatures, les malaimés et les corrompus s’agrippant au pouvoir doivent désormais faire plus que simplement tenir en laisse les medias. Il faut également contrôler les vecteurs informationnels ci-dessus. On peut réussir à calfeutrer les fentes au sein du pays. Mais comment le faire en dehors des frontières ?

Impossible. Cela reviendrait à vouloir contrôler l’internet tout entier.

Dès aujourd’hui, j’appelle à tous les opposants et acteurs de la société civile de transformer la manifestation du 16 septembre 2013 par une Flash Mob anti-dictature en Afrique afin qu’IOG se retrouve, à Bruxelles, en face des centaines des manifestants.

Ainsi, les 3 plus grands tyrans de l’Afrique Noir seront à l’affiche de ce flash mob, il s’agit : d’Ismaël Omar Guelleh de Djibouti, Robert Mugabe de Zimbabwe et Paul Biya de Cameroun.

Le site web d’actualités sur l’Afrique de l’Est, www.hch24.com, a été victime d’un attaque électronique le 13 septembre 2013.

 

Hassan Cher

Share this post:

Recent Posts

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :