Djibouti : L’histoire de l’idiot et le Brave avec son reflet inversé sur deux personnalités djiboutiennes.

Djibouti : L’histoire de l’idiot et le Brave avec son reflet inversé sur deux personnalités djiboutiennes.

Ad
L’idiot et le Brave !

L’actualité de la domination au point culminant du pouvoir nous renvoie vers une anecdote légendaire qui s’est déroulée dans nos contrées, une anecdote alléchante qui nous renseigne sur l’ inversement des situations contemporaines aujourd’hui à Djibouti.
Non loin de Djibouti y vivaient deux frères, diamétralement opposés l’un à l’autre.
L’un était cultivé, intelligent et challengeur, l’autre était tout le contraire du premier, dépourvu de toute connaissance, boulimique et jaloux.

Arrivé en âge de fonder des familles, l’un tombe sur une femme éclairée, gaie et maline, l’autre écope d’une râleuse matérialiste et haineuse.

Vint alors le jour où chacun d’eux ont voulu se départager en s’auto attribuant chacun, la notoriété du brave, l’un contre l’autre.

Les sages du pays sont sollicités à l’occasion pour les distinguer dans des épreuves.
La première confrontation fut dans une visite opinée de leur foyer, pour voir comment les deux protagonistes se comportent à l’égard des invités chez eux.
Cinq sages s’invitent chez le brave, son épouse crie sur les invités, refusent de les ouvrir la porte et les renvoient. Ces derniers repartirent déçus avec des idées tranchées sur l’identification caractérielle de ce premier candidat.
La seconde, habille soigneusement, lui recommande de préparer la maison, de faire semblant des ordres à son épouse, pour lui faire passer pour un lion.
Bien accueillis et satisfaits de leur visite chez l’idiot, ils statuèrent sur la différence entre les deux.

Se réservant de trancher aux vues du premier challenge, ils se sont accordés sur la confrontation des deux prétendants.

L’épreuve ultime fut leur participation à une séance de débat autour d’une réunion de la localité.
L’épouse de l’idiot lui dit : « tu n’as pas la rhétorique, le verbe et les capacités de faire la différence, contente-toi de valider l’avis du plus éloquent d’entre les interlocuteurs, pour suivre son avis. »

L’intelligent n’a nullement l’idée de ce qui se trame, pris par les préoccupations au sujet de son foyer, avec son épouse. Il n’a pas vu ni suivi l’enjeu du débat, alors que l’idiot a avalisé l’avis du plus beau parleur de la réunion.
Ainsi les deux prétendants ont été démarqués, la victoire de la bravoure est attribuée à l’idiot avec une épouse engagée.
La sagesse dans cette histoire, reflète les capacités et la puissance d’une femme au point de faire passer un idiot pour un brave.

Aujourd’hui, Guelleh, l’idiot s’est entouré de sa propre famille, qui forme la première ceinture de son règne, pour exemple, Saad Omar Guelleh pour ceux qui le connaissent portait un blouson bleu, ouvrier magasinier chez Coubeche, aujourd’hui la première manne financière du pays, à savoir le port de Djibouti se retrouve entre ses mains exclusivement sans être budgétisée.
La famille de Guelleh roule dans des chiques voitures coutant des millions d’euros, quand la famille du challenger Boreh se retrouve désarmée, dépossédés de tout, mis à nu et réprimés dans toutes les sphères économiques et politiques de Djibouti.
Les frères du collabo d’hier se retrouvent hissés vers le sommet, quand ceux qui ont financé, plumé, et sacrifié tous leurs biens pour l’acquisition de l’indépendance se retrouvent à raser les murs à Djibouti.

Sale temps pour Djibouti et les Djiboutiens en général, Boreh endosse l’échec cuisant vis-à-vis du vampire djiboutien, et il en est le seul responsable, parmi la clique des friqués de sa pointure.

HCH


 Share
Ad
Authored by: Hassan Cher Hared

Hassan Cher Hared