Somalie : Le président somalien viole sa constitution en transférant un ex-militaire de son pays à l’Ethiopie.

Ad

Tous les somaliens, du fond villages du pays jusqu’à la diaspora, ressentent une humiliation totale suite au transfert d’un ex-militaire somalien à l’Ethiopie voisine. La détention et le transfert subséquent de M. Abdikariim Sheekh Muuse (dit QalbiDhagax) du Front de libération nationale d’Ogaden (ONLF) ont été qualifiés de violation des lois nationales et internationales.

La décision de son transfert vers l’Ethiopie a été prise au début de cette dernière semaine du mois d’août 2017 mais a été confirmé dans un communiqué publié jeudi 24 août 2017 par l’ONLF. La déclaration accusait directement le président somalien Mohammed Abdullahi ‘Farmajo’, d’être l’ordonnateur de ledit transfert.

Il y figurait également comme complices, le Premier ministre Hassan Ali Khayre, le Conseiller de la sécurité nationale, le général Bashir Mohamed Jamac-Goobe, et le chef de l’agence de renseignement d’Etat Abdullahi Mohamed Ali (dit Sanbalolshe).

Le Communiqué accusait Mogadiscio de violer les lois nationales et internationales, l’ONLF a affirmé que «le gouvernement somalien a transféré avec force un citoyen somalien en Ethiopie, un pays qui est connu pour les tortures et maltraitances contre ses adversaires.

« Il a été indiqué que M. Abdikarin a été sacrifié afin de recevoir un soutien politique du régime éthiopien. L’ambassadeur de l’Ethiopie en Somalie, proche parent du Premier ministre du gouvernement et du président somalien, a joué un rôle clé dans les discutions de livraison d’Abdikarin « , a déclaré le communiqué.

L’ONLF se décrit comme «une organisation de libération nationale qui lutte pour les droits des Somaliens à l’Ogaden et n’a aucune implication dans le conflit multifacette de la Somalie».

La région d’Ogaden était une zone contestée entre les deux pays. Une guerre sur la région en 1977 a été gagnée par l’Ethiopie avec le soutien de Cuba. L’ex-président Fidel Castro a accepté le déploiement de milliers de soldats sous la direction d’un général Arnaldo Ochoa pour aider l’Éthiopie dans une guerre contre la Somalie voisine.

De l’autre la population de Mogadiscio et quelques parlementaires murmurent depuis deux jours que le premier ministre, Hassan Kheyre, faisait de son mieux pour répudier l’avocat qui défend le dossier de la Somalie devant la Cour International de Justice au sujet du litige sur la délimitation maritime avec le Kenya.

En moins d’une année le gouvernement de Farmajo et d’Hassan Kheyre est arrivé au plus bas niveau possibilité de l’impopularité.

Hassan Cher

 


 Share
Ad
Authored by: Hassan Cher Hared

Hassan Cher Hared

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.