Djibouti / Pèlerinage : Air Djibouti ou Air Djinn, le tyran diabolique Guelleh oblige les pèlerins Djiboutiens à faire le Hajj 2016…

Satan - Bruce - Cardiff aviation - Wales - Air Djibouti…à bord d’un avion affrété par un chanteur britannique adorateur du diable, sacrilège!

A moins d’un imprévu de dernière minute, l’aéroport de Djibouti s’apprête à abriter demain une cérémonie inaugurant officiellement la mise en service de la compagnie Air Djibouti. Cérémonie qui sera bien entendu présidée par le despote Guelleh. L’année dernière, ce dernier avait délégué son ministre du transport pour le lancement inaugural du vol cargo de cette compagnie. C’était un vieux cargo de type Fokker F27-500F qui n’a effectué que deux ou trois voyages à destination de Hargeisa avant de disparaître des radars. Mais cette fois-ci, le locataire de Beit-el-wali tient à réceptionner en personne le Boeing 737-400 livré par la société Cardiff Aviation pour fanfaronner auprès de ses administrés en général et des pèlerins Djiboutiens en particulier. Nul doute qu’il profitera de cette cérémonie pour s’auto-congratuler, notamment d’avoir permis à Air Djibouti de renaître de ses cendres et par ricochet aux pèlerins de faire le Hajj pour la modique somme de 100 dollars. Il est vrai qu’il avait fait cette « offre généreuse » à l’endroit des Djiboutiens désireux d’accomplir le cinquième pilier de l’Islam. Quel homme charitable dirions-nous si l’on ne connaissait pas le personnage. A moins qu’Ismail Omar Guelleh n’ait été touché par la grâce divine, cet individu est incapable d’agir par pur altruisme. Cette histoire de renaissance de la compagnie d’Air Djibouti est une vaste fumisterie, un projet sans lendemain comme ce régime en a le secret. Nous aurions dû faire peu de cas de cette histoire si cela ne concernerait que le régime au pouvoir, mais là le sacré est bafoué. IOG instrumentalise une pratique religieuse à des fins frauduleuses. Et ce n’est pas la première fois que ce type sans foi ni loi profane le sacré. Dès qu’il arrive au pouvoir en 1999, Guelleh annonce la couleur : sous prétexte d’organisation du pèlerinage, il instaure du jour au lendemain des tarifs prohibitifs.

Le prix du billet d’avion pour les Lieux Saints grimpe comme une flèche sans justification aucune. Cette manne financière atterrit bien entendu dans les poches du couple présidentiel et de quelques proches. Une arnaque sur le dos des pauvres pèlerins Djiboutiens obligés de casquer. Après avoir pillé les poches des pèlerins durant dix-sept ans, sans discontinuité, le régime de Guelleh/Khadra retrouverait la raison et la foi, notamment en offrant presque gratuitement le vol à tous les Djiboutiens désireux d’accomplir le Hajj. Il n’y a que les naïfs ou les thuriféraires du pouvoir en place qui peuvent croire à ce miracle. Surtout pas le peuple car comme dit le dicton « chat échaudé craint l’eau froide ». Le jour où le couple de haramous fait une action désintéressée ironise le peuple, une pluie de lait tombera sur Djibouti. A notre connaissance, un tel phénomène n’a pas encore été observé dans notre pays. Le peuple se trompe rarement, il a en effet bien cerné ceux qui le malmènent depuis quatre décennies. Que cache alors cette histoire d’Air Djibouti ? Qui a affrété le Boeing 737-400 attendu demain sur le tarmac de l’aéroport de Djibouti?

Tel un phénix la compagnie Air Djibouti renaît de ses cendres, sur le papier s’entend, le 12 mai 2015, date à laquelle le despote Guelleh signe le décret officialisant la relance de cette compagnie. Il faut savoir que cette compagnie a existé entre 1963 et les années 90 avant de disparaître pour cause de prédation. Cette renaissance a été rendue possible grâce à une société britannique dénommée « Cardiff aviation » qui va d’ailleurs s’occuper dorénavant de sa gestion. En plus de la gestion, Cardiff Aviation assurera aussi la maintenance et la formation des personnels d’Air Djibouti. Si Air Djibouti reprend un jour les airs, c’est grâce au président de cette société qui n’est autre que la star de rock Bruce Dickinson, le chanteur du groupe de heavy métal britannique Iron Maiden. Qui est ce Bruce Dickinson ? C’est un chanteur dégénéré qui fait du heavy métal, un genre de hard rock. Il est le leader du groupe Iron Maiden, des diables en personne. Lui-même est un disciple d’un certain Aleister Crowley qui est considéré par l’église catholique comme le fondateur du Satanisme moderne. Durant sa courte existence sur terre, ce Crowley aimait tout particulièrement se faire passer pour l’Antéchrist (Ad-Dajjal Borgne) de la fin des temps. Il se considérait aussi comme étant le représentant de Satan sur terre. Ismail Omar Guelle a donc confié la gestion de la compagnie « Air Djibouti » à un chanteur adorateur du diable, un sataniste pur jus. Ne dit-on pas qui se ressemble s’assemble.

Le Boeing 737-400 attendu tel un cadeau providentiel, affrété par ce chanteur sataniste britannique, va atterrir demain à Djibouti. L’avion a quitté hier l’aéroport de St Athan, au Pays de Galles. Après une escale à Malte, le Boeing sera livré par le chanteur sataniste en personne. Information importante : Bruce joue au pilote à ses heures perdues, il possède un brevet de pilote (voir photos ci-jointes).

Dans une interview qu’il a donnée à un magazine anglais, Bruce a déclaré détenir plus de 50 % du capital de la compagnie « Air Djibouti » et de la gestion exclusive de cette dernière. La déclaration du propriétaire sataniste n’est pas en raccord avec les mentions du décret N°2015-139/PR/MET qui stipule ceci : « il a été créé une société de transport aérienne dénommée AIR DJIBOUTI SAS dont 70% des actions sont détenues directement par l’État et 30% par l’Aéroport International de Djibouti. La compagnie « AIR DJIBOUTI S.A.S » est sous la tutelle du Ministère de l’Équipement et des Transports. L’Autorité des Ports et des Zones Franches est chargée, au nom de l’État, de la mise en place de cette société, de sa promotion, de son développement et de sa gestion. » Qui détient quoi et combien de parts ? Qu’importe. Passons.

Quand c’est flou, c’est qu’il y a un loup. Djibouti est connu comme étant le cimetière des compagnies aériennes (Air Djibouti, Djibouti Air, Djibouti Airlines, Puntavia, etc.) et cette Air Djibouti tendance sataniste disparaîtra à son tour comme les autres. D’autant plus que sa gestion à Djibouti est confiée à un type multi-casquettes et pas net du tout, le dénommé Aboubaker Omar HADI qui a été récemment épinglé par les « Panama Papers ». C’est le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ), qui regroupe les 109 médias ayant eu accès aux données sur le monde opaque de la finance offshore, qui a mis en lumière le rôle d’intermédiaire et de facilitateur d’Aboubaker Omar HADI, l’actuel Président des Ports et ZF de Djibouti dans le blanchiment de fraudes fiscales aggravées (entre 2008 et 2011) auprès de la société offshore RUBEL S.A. Est-il nécessaire de citer le nom de son donneur d’ordre.

Le ministre des affaires musulmanes pourra peut-être éclairer notre lanterne sur le degré de licéité d’un Hajj accompli à bord d’un avion affrété par un sataniste pur jus.

En attendant la réponse de celui qui est probablement le dindon de la farce dans cette histoire, nous osons espérer que le chanteur diabolique ne prenne les commandes de l’avion, désormais appelé Air Djinn, lors du Hajj 2016. Sinon, les pèlerins auront droit au « Scream for me, airflight 666 (« Crie pour moi, vol 666 ! ») », le cri de Bruce Dickinson avant chaque vol. Et ça ne sera pas un vol pour le Hajj mais un voyage en enfer.

 

auteur: IOG doit partir

 


 Share

Share this post:

Recent Posts

Comments are closed.