Sudan : Pour unir les forces du changement, mettre fin à la guerre et établir un Etat démocratique fondé sur la citoyenneté

Les délégations de la Front révolutionnaire soudanais (SRF) et le Parti national Uma (NUP), sous la direction de Malik Agar et Alsadig Mahdi, respectivement, se sont réunis à Paris entre le 6 et le 8 Août 2014, pour répondre aux aspirations du peuple soudanais et les forces vives qui aspirent à l’unité de toutes les forces du changement, y compris les forces politiques et la société civile. Cette unité met fin aux stratégies du régime de Khartoum pour rester au pouvoir grâce à la création de divisions et de doutes entre les forces du changement et par la déchirure du tissu social soudanais.

Les réunions ont abordé, en toute transparence, les expériences passées au Soudan et a affirmé la volonté du peuple soudanais pour un avenir qui ne sera pas atteint sans l’unité des forces alternatives démocratiques et la mobilisation des forces du changement afin d’ arrêter la guerre, assurer la sécurité des citoyens soudanais, en particulier les personnes déplacées et les réfugiés, pour qu’ils soient rétablis à leur lieu d’origine, le changement démocratique global et la création de l’Etat sur ​​la base de l’égalité des citoyens.

En outre, la réunion a examiné les différentes manières de mettre à terme la souffrance du peuple et améliorer les conditions de vie détériorées du peuple soudanais. Il soutient également des campagnes pour dénoncer l’ampleur de la corruption au Soudan et comment récupère les deniers publics volés au trésor national. A l’issue de ces réunions, les parties ont convenu de ce qui suit;

Fin des guerres:

1-Les parties affirment leur attachement à l’unité du Soudan sur la base de la justice et de l’égalité des citoyens.

2 La fin de la guerre est la bonne approche pour tout dialogue national crédible et les entreprises sur le plan constitutionnel, couplée à disposition explicite de la liberté et de l’accord sur les modalités de gouvernement de transition.

3 Reconnaissant l’urgence de répondre aux situations humanitaires et dans un geste de reconnaissance de la réunion, la SRF s’est déclarée prête pour la cessation des hostilités dans toutes les zones d’opérations.

4- Les parties appellent à l’utilisation de cette occasion de la cessation des hostilités, qui est extensible, afin d’assurer la sécurité pour les citoyens, face aux situations humanitaires, arrêter les bombardements aériens aveugles et de tracer un processus national plus crédible et de dialogue constitutionnel.

5- Les parties ont convenu de respecter les principes de non-impunité, la réalisation de la justice, la responsabilité, la restitution, et les griefs d’adressage.

6-Les parties ont convenu de faire part des dispositions de cet accord à tous les acteurs régionaux et internationaux, en particulier l’Union africaine (Groupe de haut niveau), l’Ethiopie, l’Egypte, le Tchad, la Ligue des États arabes (LEA), l’Organisation des Nations Unies (ONU) et l’Union européenne (UE), et afin d’obtenir leur appui à la réalisation des objectifs de l’accord.

7- Les parties affirme que le régime de Khartoum est responsable de la promotion de la violence dans la politique du Soudan, le ciblage des civils, l’expansion des zones de guerre, de crimes de guerre et la séparation du Soudan du Sud.

8- La SRF affirme sa volonté de mettre fin à la guerre, qui a été imposée par le gouvernement de Khartoum, et de passer à un système de gouvernement démocratique, cependant, l’obstacle principal a été les tentatives du régime pour gagner du temps et de consolider son pouvoir à travers un dialogue national non fiable et non avenu.

HCH


 Share

Share this post:

Recent Posts

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :