Soudan du Sud : Juba soupçonne certains dirigeants du régime de Khartoum d’apporter un soutien aux rebelles

Salva Kiir - Soudan du SudLe gouvernement du soudanais du Sud a exhorté le gouvernement de Khartoum voisin à couper les liens avec les rebelles, sous la direction de l’ancien vice-président Riek Machar, tandis que le président réitéré son engagement à un accord bilatéral 2012 entre les deux pays.

Toutefois, le gouvernement n’a pas tardé à souligner qu’il n’accusait pas le Soudan de soutenir les rebelles pro-Machar, le décrivant comme l’un des acteurs clés dans le processus de paix en cours.
« Ce que nous disons, c’est qu’il devrait encourager Riek [Machar] et son groupe d’arrêter la guerre et accepter de donner une chance au dialogue pacifique », a déclaré le ministre des Affaires étrangères du Soudan du Sud, Barnaba Marial Benjamin.

Le ministre a expliqué que le Soudan, dont le Sud a fait sécession en 2011, a un rôle de premier plan à jouer pour aider son gouvernement à atteindre un règlement pacifique du conflitlong de huit-mois-, tout en exhortant son gouvernement à rompre tout lien avec le groupe rebelle et se concentrer sur les négociations de paix actuellement en cours de médiation de l’Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD) dans la capitale éthiopienne, Addis-Abeba.

«Le gouvernement du Soudan à un grand rôle à jouer dans le processus de paix si l’on peut rompre les liens avec ce groupe, surtout s’il y a des mains invisibles au sein du gouvernement qui sont aux prises avec eux, ils doivent être encouragés à arrêter», a déclaré Benjamin.
Il a également salué la participation du gouvernement soudanais dans la récente réunion des ministres des Affaires étrangères dans la capitale kényane, Nairobi, au cours de laquelle le chef de l’équipe de médiation de l’IGAD a fait un exposé général sur les progrès des pourparlers de paix et les défis restant à relever.

«Le gouvernement soudanais a joué un rôle substantiel dans les dernières réunions des ministres des Affaires étrangères de l’IGAD et il a été clairement constaté que les rebelles sont celui qui provoque tous ces retards inutiles dans le processus de médiation en raison de l’évolution des exigences injustifiées, » a-t-il dit.
Il a exprimé l’engagement de son gouvernement au processus de paix dirigé par l’IGAD et de trouver une solution durable au conflit avec l’aide de ses partenaires régionaux.
«Le gouvernement est pleinement engagé à apporter la paix. Le président [Salva Kiir] et l’ensemble des dirigeants, le parti et tous les autres sont pour la paix et nous n’avons jamais quitté le forum de la paix », a déclaré Benjamin.

Pendant ce temps, le porte-parole de l’armée soudanaise (SAF), Khaled al-Sawarmi, a publié un démenti samedi que son pays fournissait un soutien militaire aux rebelles sud-soudanais.
Il a également soutenu que la récente visite de deux jours par le chef des rebelles à Khartoum s’inscrit dans le cadre des efforts de médiation du Soudan visant à mettre fin à la crise.

Le Soudan du Sud a été en proie à des conflits depuis la mi-Décembre de l’année dernière quand un clivage politique au sein du parti au pouvoir du pays (SPLM) tourna à la violence.
Les combats ont tué des milliers et déplacé plus d’un million de personnes, dont beaucoup ont fui vers les pays voisins, y compris le Soudan.
La violence a continué malgré le cessez-le-feu et de traiter la paix continue les pourparlers de janvier 2014, les deux parties semblent incapables de résoudre leurs différends politiques.

HCH


 Share

Share this post:

Recent Posts

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :