Somalie : L’Ebola, une aubaine pour diaboliser les soldats d’AMISOM à Mogadiscio

Plusieurs organisations opposés au gouvernement somalien de Mogadiscio ont trouvé une occasion de diaboliser les soldats de l’Union Africaine présentent en Somalie, AMISOM.

Avec l’arrivée d’une famine grave qui touche déjà les enfants a fait apparaitre des diarrhées chroniques chez ces derniers. Profitant de cette catastrophe humaine, les organisations somaliennes précitées ont propagé dans le pays des rumeurs comme quoi les soldats de l’AMISOM originaires de l’Afrique de l’Ouest et de Kenya ont propagé la maladie d’Ebola à travers leurs selles qui ont souillé les sources d’eau.

Craignant une révolte populaire e guerre rangée de la population somalienne à l’encontre de la force d’AMISOM, le porte-parole de la force africaine, le colonel Ali Aden Houmed, a annoncé la presse hier que l’AMISOM a décidé de faire venir des nouveaux soldats de l’Afrique de l’Ouest.

L’Ethiopie et le Kenya ont promis, d’après le porte-parole de l’AMISOM, de faire des analystes sérieux et générales sur les soldats de relèves en provenance de ces deux pays et qui sont en partance pour la Somalie.

Ces rumeurs ne seront pas sans conséquences sur les fonctionnements et la capacité de l’AMISOM parce que ne pouvant plus ramener des soldats de relèves des pays de l’Afrique de l’Ouest participant à l’opération de paix en Somalie, beaucoup des gens se demandent comme se fera les roulements des soldats.

Quant aux organisations opposées au gouvernement somalien, tel qu’Al-shabab, cette situation est une occasion à ne pas rater mais à y exploiter plus pour affaiblir l’AMISOM

« La maladie à virus Ebola (autrefois appelée aussi fièvre hémorragique à virus Ebola) est une maladie grave, souvent mortelle chez l’homme.

Le virus Ebola est apparu pour la première fois en 1976, lors de deux flambées simultanées à Nzara (Soudan) et à Yambuku (République démocratique du Congo). Yambuku étant situé près de la rivière Ebola, c’est de là qu’est venu le nom de la maladie.

Les flambées épidémiques surviennent principalement dans les villages isolés d’Afrique centrale et d’Afrique de l’Ouest, à proximité des forêts ombrophiles tropicales.

Le virus se transmet à l’homme à partir des animaux sauvages et se propage ensuite dans les populations par transmission interhumaine.

On pense que des chauves-souris frugivores, de la famille des ptéropodes, sont les hôtes naturels du virus Ebola.

Les personnes gravement malades ont besoin de soins intensifs de soutien. Il n’existe pas de vaccin ou de traitement spécifique homologué, que ce soit pour l’homme ou pour l’animal. »

Hassan Cher

 


 Share

Share this post:

Recent Posts

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :