Ouganda : La nouvelle constitution de l’Ouganda de 1995 définisse les citoyens entre indigènes et halogènes

Au cours des dernières semaines, les Ougandais ont été inondés par les nouvelles de conflits tribaux d’une forme ou d’une autre. Pourtant, ce n’est pas seulement un problème d’hier; c’est quelque chose qui a été mise en place au fil des ans et au début de Juillet, nous avons assisté à un conflit tribal à part entière dans la région de Rwenzori en Ouganda occidental opposant le Bakonzo contre la Bamba, Babwisi et Basongora.

Auparavant, nous avions assisté à un conflit similaire en 2009 où les Baganda, Baruuli et Banyala prélevé de taxe sur la souveraineté. Le président Museveni qui s’est distingué en tant que champion de la minorité naturellement a pris le parti de la Banyala et la Baruli, refusant le Kabaka à exercer leur souveraineté sur les tribus plus petites d’abord pensé à faire partie du Buganda. Le résultat a été une effusion de sang!

La semaine dernière, un autre conflit tribal émergea, cette fois dans l’est de la région du Mont Elgon en Ouganda après qu’un groupe dissident de l’Bagisu / Bamasaba qui se fait appeler Babukusu inauguré la cérémonie biennale de la circoncision à Bududa, deux semaines avant la fonction Bamasaba «officielle» prévue pour 19 août pour des raisons culturelles mutoto.

De toute évidence, ce qui émerge est que ces conflits semblent tourner autour des questions d’identité. Dans le passé, l’identité tribale ou ethnique a été principalement définie par la langue et la résidence commune et a été exprimée dans la parole, le chant et la danse. Mais de plus en plus, la nouvelle identité tribale est définie non seulement par la langue parlée, mais par un chef ou roi culturel béni par le président Museveni qui a en plaisantant s’est appelé lui-même comme le roi des rois.

Il n’a pas d’importance que de nombreuses tribus n’ont pas une histoire des royaumes et ont, par conséquent, n’a jamais eu de roi! C’est l’abondance d’un des rois! Ainsi, dans la région de Rwenzori, c’était la clameur pour et l’installation de Omundingiya (roi) de la Bamba contre la volonté de la Omusinga (roi) de la Rwenzururu (dominé par Bakonzo) qui a allumé le feu. Et sont venu deux autres prétendants à la parenté; la Babwisi et Basongora!

De toute évidence, ce problème semble avoir commencé avec la Constitution de 1995 qui «tribalise » la citoyenneté ougandaise en définissant un ougandais seulement la personne appartenant aux collectivités énumérées «indigènes» – 65 en tout, dont certains d’entre eux sont différenciés par le dialecte ou tout simplement comment ils prononcent différente lettres de l’alphabet!

Il s’agissait d’une rupture fondamentale avec les Constitutions des années 1962 et 1967 qui ont fondés la citoyenneté sur la base de la naissance en Ouganda d’un parent (ou grands-parents) qui était un citoyen ou une naissance hors de l’Ouganda d’un père qui était un citoyen, en plus de définir comment on peut acquérir la citoyenneté. De tribus n’ont pas été répertoriés, et aucune référence n’est faite à des tribus indigènes ou halogènes.

Avec cette tribalisassions de la Constitution, la Maragoli – une communauté qui a vécu dans l’ouest de l’Ouganda depuis 1920 et pour toutes fins utiles ses membres sont couverts dans les constitutions successives en tant que citoyens – ne se sentent pas assez ougandais jusqu’à ce qu’ils soient inclus dans la troisième annexe de la Constitution 1995, dans la liste des tribus!

Dans la prochaine série de modifications constitutionnelles, nous sommes susceptibles de voir de réclamation semblable de nouvelles tribus demandant la reconnaissance et ce sera accordé dans l’attente de leur vote qui sera cimentée par la reconnaissance de leur nouveau «roi» qui sera désormais le droit à l’allocation mensuel de l’état qui est composée de 5 millions Shs et un véhicule 4×4 de fabrication japonaise brillant.

À court terme, cette tribalisassions de la citoyenneté de l’Ouganda pourrait servir à des fins politiques, mais dans le long terme, il peut briser ce pays.

Par conséquent, nous devons avoir le courage de détribaliser la Constitution en supprimant la liste, enlevant ainsi la base de ceux qui veulent utiliser les tribus pour servir leurs intérêts personnels – monétaire ou politique!

HCH


 Share

Share this post:

Related Posts

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :