Erythrée / Djibouti: L’armée érythréenne capture un officier de l’armée djiboutienne au nez et à la barbe des forces qataries dans la zone tampon…

La semaine dernière, les forces érythréennes ont capturé le lieutenant Kassim Mohammed, un officier djiboutien qui accompagnait les officiers qataris du côté érythréen de la zone démilitarisée entre les deux pays.

Le Qatar a été en vain de médiateur entre l’Érythrée et Djibouti depuis 2010, à la suite des affrontements à la frontière entre les deux pays deux ans plus tôt.

Sous les auspices de Cheikh Hamad Bin Khalifa Al Thani, l’ancien émir du Qatar, les deux pays ont conclu un accord sur la base duquel un contingent militaire qatari est arrivé à contrôler une zone tampon entre l’Erythrée et Djibouti.

Des agents évoluent habituellement entre les camps des deux armées pour des réunions et des consultations, mais mercredi dernier, les forces érythréennes ont retenu le compagnon djiboutien des officiers qataris dans la région de Rahaita. Les officiers qataris sont retournés au camp laissant derrière eux leur compagnon djiboutien.

Cela a créé des tensions dans la zone frontalière qui est maintenant totalement fermé et limite le mouvement des habitants de la région, les Afars de Djibouti et de l’Érythrée qui chevauchent la frontière des deux pays.

Une délégation militaire qatari composée des supérieurs et présidé par le colonel Nasser Abdellah était arrivé à Djibouti pour discuter de la situation avec le général Zakaria Sheikh Ahmed, le chef d’état-major des Forces armées djiboutiennes.

La détention de l’officier djiboutien et le manque de respect des dirigeants qataris est la révélation qu’Isaias Afwerki met en cause et annonce l’échec de la médiation du Qatar.

Jusqu’à l’année dernière, le Qatar était l’un des principaux bailleurs de fonds d’Isaias Afwerki. Il a cessé son soutien en raison de graves divergences avec l’Érythrée sur des questions régionales, en particulier le soutien d’Isaias au général Abdelfattah Al Sisi de l’Egypte.

Isaias se rendra en Égypte bientôt, et il rencontrera le général Al Sisi afin de discuter sur des questions portant la possibilité d’accorder à l’Egypte des bases militaires aux forces terrestres, aériennes et maritimes de l’armée du Caire.

Isaias Afwerki est en manœuvre pour mettre fin au rôle de médiateur de Qataris et transférer l’affaire à la frontière de l’ONU en espérant que cela lui donner un effet de levier pour améliorer son isolement paisible par des pourparlers avec l’ONU. Serait-il un développement ironique puisque c’est le refus d’Isaias Afwerki de la médiation de l’ONU qui avait abouti à des sanctions sur l’Érythrée en 2009.

Abdulkadir Mohammed Sultan, le chef de Rahaita, a rencontré des responsables érythréens et djiboutiens pour discuter du sort du lieutenant-détenus, mais on ne sait pas si c’est sur son initiative personnelle.

Erythrée ne reconnait toujours pas les 19 prisonniers djiboutiens qu’il avait capturés pendant la guerre six années auparavant.

HCH


 Share

Share this post:

Recent Posts

Comments are closed.