Djibouti : La pluie revient….

La saison   des  pluies  revient…Elle est pour  nous,  la  capitale de ce pays   mal  dirigé  par  les  Politicards   que  l’on  connait,  synonyme  d’inondations, d’eaux  et  de mauvaises  odeurs. La  vie   de  la cité, déjà   malmenée  par  les  alimentaires du régime, en est profondément perturbée. Les  piétons  se terrent  souvent  chez eux,  rebutés   par  la boue  et les éclaboussures  des  grosses  cylindrées, les  bus  circulent moins, les routes  se défoncent sous l’effet   conjugué  des pneus  et de l’eau…

Vue  d’en haut, notre capitale ressemble  à une  agglomération  flottante. ‘Arrivera-t-il  un jour ou  la pluie  ne sera  plus  crainte  à Djibouti ?’, se demande  une  vieille  femme  qui a passé les 60 ans  d’âge  au quartier  7.

Pourtant , des milliards  de nos  francs  ont été  engloutis  dans des   projets  bidons  qui ont  finalement  abouti  à enrichir  les mafieux du régime. Le  projet de  développement Urbain et l’initiative de l’ADDS  avec lequel  l’on  nous fatigue  les  oreilles depuis  plusieurs  années, est  de  ceux –là .

Tandis que  la  propagande officielle  présentait  l’opération  comme un miracle qui va  réhabiliter  les quartiers  populaires, or la situation  reste pratiquement inchangé des années après son lancement. L’eau  des pluies  y est  toujours  crainte, les égouts aussi   inopérants, les eaux  usées stagnent devant les habitations, les ruelles des quartiers et les axes routiers.

L’administration  coloniale n’a rien  fait  pour  les quartiers  populaires, les politicards aussi. Ces derniers  se sont empressés  de remplacer  les colons  pour tuer la poule.

Qui  va donc   pondre  pour  la survie  collective ? C’est  la question  que les Djiboutiens  se posent.

La réponse  est que  pour que  la pluie ne soit plus  crainte, que  le pays  renaisse, il faut  que les politicards partent .Conformément au verdict des  urnes du 22 février 2013.

 

Par Saad Ali Awaleh

 


 Share

Share this post:

Recent Posts

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :