Somalie / Somaliland : Comment le président Mohamed Abdullahi Mohamed dit Farmaajo sabote les discussions entre Mogadiscio et Hargeisa.

Somalie / Somaliland : Comment le président Mohamed Abdullahi Mohamed dit Farmaajo sabote les discussions entre Mogadiscio et Hargeisa.

Ad

Le 17 juillet 1989, un peloton de l’armée nationale somalienne de la dictature Siad Barre, on fait une rafle dans la ville de Mogadiscio. Ce soir-là, les citoyens cibles étaient des innocents, de sexe masculin, de l’ethnie Isaaq.

Les militaires, majoritairement composés de l’ethnie de Siad Barre, Marehan/Darood, ont arrêté 47 innocents Isaaq qu’ils ont conduits à la plage Jazeera de Mogadiscio. Ce massacre qui ciblait délibérément une ethnie somalie, l’Isaaq, a lieu à 2 heure du matin à la plage de Mogadiscio. Les militaires obligent les quarante-sept personnes civiles à s’assoir sur le sable et regroupées dans un coin de la plage.

Sur ordre du plus grand gradé, des militaires pressent, les soldats commencent à tirer des rafales sur les civils Isaac regroupés à la plage. Tous succombent sous les tirs des balles des fusils AK, mais une personne touchée par le dos et pas gravement blessée racontera plus tard comment s’est passé le massacre des Innocents Isaaq à la plage Jazeera, à Mogadiscio.

Le 17 juillet 2019, 30 ans jour pour jour du massacre des innocents Isaaqs à la plage de Mogadiscio, sous les ordres de Siad Barre, l’oncle de Mohamed Abdullahi Mohamed dit Farmaajo, président actuel de la Somalie, ce dernier a signé un arrêt par laquelle qu’il avait mis en place la commission nationale fédérale représentant Mogadiscio pour les pourparlers entre la Somalie et la Somaliland.

Le président Farmaajo a nommé Abdullahi Sheikh Ismail à la présidence de la commission et Abdirahman Abdi Hussein dit Guulwade, en qualité de vice-président.

Monsieur Abdirahman Abdi Hussein dit Guulwade fait partie des exécutants du massacre des civils de l’ethnie Isaaq à la plage Jazeera, à Mogadiscio, le 17 juillet 1989.

La date retenue pour la création de la commission chargée des pourparlers entre la Somalie et la Somaliland ainsi que la nomination comme vice-président de la commission à un ex-génocidaire ne sont pas des coïncidences de la part de Farmaajo, mais une volonté manifestation de sa part de saboter les dialogues.

Hargeisa a déjà fait savoir sa réticence contre la décision provocatrice de Mohamed Abdullahi Mohamed et rejette toute discussion avec l’équipe de Farmaajo dans l’état actuel.

Hassan Cher


 Share
Ad
Authored by: Hassan Cher Hared

Hassan Cher Hared