Éthiopie : pourquoi la demande de sécession de Sidamo doit-elle être négociée ?

Éthiopie : pourquoi la demande de sécession de Sidamo doit-elle être négociée ?

Ad
SIDAMO

Les tensions croissantes dans le sud de l’Éthiopie suscitent une grande inquiétude dans le pays. Le Sidamo, cinquième groupe ethnique du pays, réclame une sécession interne. Plus récemment, le gouvernement fédéral a pris le contrôle de la sécurité de la région au détriment des autorités locales. Cela faisait suite à des violences qui avaient entraîné des morts et des blessés.

L’Éthiopie, un pays qui compte 80 groupes ethniques avait adopté, il y a plus de deux décennies, une constitution qui utilise l’ethnicité comme base pour organiser la fédération. Mais seuls cinq des neuf États abritent une communauté ethnique dominante (Afar, Tigré, somali, Harari et Oromo). Les quatre États restants sont nettement multiethniques.

Ici, les complications s’installent. Alors que certaines communautés ethniques numériquement plus fortes se sont vu refuser le statut d’État, certaines plus petites ont un État. Par exemple, l’État de Harari abrite une communauté éponyme de moins de 200.000 personnes. D’autre part, il existe des groupes ethniques, comme les Sidamo, qui comptent plus de trois millions d’habitants et qui n’ont pas leur propre état.

Ça n’a pas toujours été comme ça. Les Sidamo ont une histoire d’existence administrative distincte qui remonte à l’époque des empereurs de l’Abyssinie. Plus récemment, l’État de Sidamo, d’origine ethnique définie, dans lequel les Sidamo étaient majoritaires, a été créé en 1991.

Mais cela a été aboli lorsque l’Éthiopie a adopté une nouvelle constitution en 1995 et que l’État régional du sud des nations et nationalités et des peuples (l’État du Sud) a été créé, où le Sidamo est devenu l’un des quelque 56 groupes ethniques qui peuplent l’État.

Depuis lors, les membres de la communauté Sidamo ont réclamé leur propre État, en prenant comme exemple des États comme Harari.

L’affaire a pris son essor le 18 juillet 2018 lorsque des membres de la communauté Sidamo ont tenté de concrétiser leur menace de proclamer unilatéralement la création d’un État séparé. Cela a suivi des mois d’agitation.

L’Éthiopie est actuellement confrontée à un problème juridique et politique extrêmement complexe. Les clauses de la Constitution relatives à la sécession peuvent faire l’objet d’une interprétation large, comme le montrent les récents commentaires du Premier ministre Abiy Ahmed.

D’autre part, il est important que toutes les parties concernées s’acheminent vers un règlement négocié, en particulier étant donné la fragilité de l’État dans lequel se trouve le pays.

Amendement constitutionnel

La bonne chose pour les Sidamo et d’autres, c’est que la Constitution a laissé la porte ouverte à la création d’un État pour les groupes ethniques qui souhaitent créer leur propre État. L’alinéa 2 de l’article 47 confère aux groupes ethniques le droit de créer leur propre État.

Un simple vote à la majorité de la communauté suffit — du moins, semble-t-il. En réalité, le processus s’avère beaucoup plus compliqué.

Dans son récent discours aux législateurs, Abiy a évoqué la complexité du problème en soulignant qu’un vote majoritaire en faveur de la création d’un État pourrait ne pas suffire, car la Constitution ne mentionne que neuf États qui constituent la fédération. Pour que l’État futur de Sidamo soit inscrit sur cette liste, il faudrait un amendement constitutionnel.

Beaucoup, y compris moi-même, ont vite fait de considérer cela comme un acte de gymnastique légale de la part d’un Premier ministre qui s’est retrouvé entre le marteau et l’enclume. Après tout, la Constitution stipule qu’un nouvel État devient directement membre de la fédération sans qu’il soit nécessaire de demander son adhésion.

Mais le Premier ministre a également raison de dire que la clause constitutionnelle énumérant les États doit être modifiée si l’on veut que la quête de l’État par Sidamo soit complétée. Et c’est un amendement qui nécessite l’appui des deux chambres du parlement fédéral et des assemblées législatives d’au moins deux tiers des États.

On pourrait soutenir qu’un résultat de référendum approprié devrait obliger les États membres et le gouvernement fédéral à procéder à la modification constitutionnelle nécessaire. Pour reprendre les fameuses lignes de la Cour suprême du Canada, « l’expression claire d’une volonté d’une majorité claire » de la population du Sidamo de se séparer de l’État du Sud devrait créer l’obligation pour le reste du pays de faire ce qui est constitutionnellement nécessaire.

Mais cela pose également un problème potentiel : est-il possible de contraindre un État à partir duquel un territoire se sépare — en l’occurrence l’État du Sud — à voter pour un amendement constitutionnel qui présente effectivement une menace pour son intégrité territoriale ? Après tout, l’article 47 n’a pas de clause contraignante. Dans la mesure où il donne aux communautés ethniques le droit de demander la sécession interne, il n’impose pas aux autres le devoir de l’accepter.

Même si une obligation existe, je dirais que c’est une obligation de négocier. Cela signifie que les parties concernées, y compris le gouvernement fédéral, le gouvernement de l’État du Sud et les gouvernements locaux de Sidamo, doivent se présenter à la table pour négocier les possibilités et les ramifications d’un nouvel État de Sidamo.

La Constitution éthiopienne ne dit rien sur ce qui devrait être fait au cas où un État ou un gouvernement fédéral refuserait d’accepter une demande de séparation. Mais il soumet la sécession interne à une procédure. Cela suggère que cela ne permet pas une déclaration de succession unilatérale. En outre, une loi fédérale exige que les appels soient adressés à la Chambre de la fédération, l’organe chargé de traiter les litiges constitutionnels.
Table de négociation

Il semble que toutes les routes mènent les parties à une table de négociation. Il faut admettre que la lutte de Sidamo pour avoir son propre État est à un point de non-retour. Les autorités étatiques et fédérales ont maintenant accepté de tenir un référendum dans les cinq prochains mois.

Entre-temps, ils pourront peut-être engager des négociations et régler bon nombre des questions qui restent sans réponses. Cela inclut les personnes qui devraient être autorisées à voter lors du référendum, la répartition des actifs et les préoccupations des personnes qui n’appartiennent pas à l’ethnie Sidamo.

L’Éthiopie est dans un État politique extrêmement fragile. Il ne peut pas se permettre l’instabilité et le chaos qui pourraient résulter de la partition désordonnée d’un État existant et d’une impulsion similaire de la part d’autres.

Hassan Cher


 Share
Ad
Authored by: Hassan Cher Hared

Hassan Cher Hared