Djibouti/OIM : Mme Lalini Veerassamy est-elle l’amante du directeur général de la police nationale de Djibouti, Abdillahi Abdi Farah ?

Djibouti/OIM : Mme Lalini Veerassamy est-elle l’amante du directeur général de la police nationale de Djibouti, Abdillahi Abdi Farah ?

Ad
Les Yeux de l’Amour…

Il est de notoriété publique que des relations plus que professionnel existent entre la représentante de l’OIM à Djibouti, madame Lalini Veerassamy, et le directeur général de la police nationale de Djibouti, monsieur Abdillahi Abdi Farah.

Il n’y a pas un jour ou la Mauricienne, Madame Lalini Veerassamy, manque de se présenter au bureau du directeur général de la police. Les frais des vacances de la représentante de l’OIM à Djibouti et de ses deux enfants sont payés de la caisse de la police nationale de Djibouti. Elle dispose aussi à Djibouti un compte bancaire caché dont elle reçoit des versements en provenance du directeur général de la police nationale de Djibouti.

La représentante de l’OIM et ses deux enfants sont les seuls civils qui ont accès à l’école d’équitation du centre équestre de la police nationale de Djibouti. Madame Lalini Veerassamy s’entraine sur deux chevaux de robe blanche et ses deux enfants s’exercent sur deux chevaux de robe marron. Madame Lalini Veerassamy et ses deux enfants se rendent à l’académie de la police de Djibouti chaque après-midi pour faire de l’équitation.

La présence de madame Lalini Veerassamy dans les enceintes de la police a créé des scènes de jalousies d’un côté entre le directeur et ses subalternes et de l’autre côté avec son épouse, Madame Bar-digaag.

Abdillahi Abdi Farah, le directeur de la police nationale, est devenu jaloux de certains policiers dont a soupçonné d’être trop accueillant avec madame Lalini Veerassamy. Il a muté ces policiers à la représentation diplomatique de Djibouti en Somalie où il espère qu’ils meurent sous un attentat terroriste d’Al-shabab.

De l’autre côté, l’épouse du directeur général de la police nationale a eu vent de la relation extraconjugale entre son mari et la représentante de l’OIM à Djibouti. Madame Bar-digaag, l’épouse d’Abdillahi Abdi Farah, a menacé son mari de révéler des informations compromettantes sur les magouilles dont sont impliqués lui et sa nouvelle maitresse, Lalini Veerassamy.

Tellement qu’Abdillahi Abdi Farah est amoureux de Madame Lalini Veerassamy, il se rend au centre équestre de la police pour assister à l’entrainement de madame.

Abdillahi Abdi Farah a raconté dans un café qu’il avait l’intention de marier madame Lalini Veerassamy.

On leurs souhaite, en avance, un Heureux Mariage, mais Abdillahi Abdi Farah n’a pas précisé laquelle entre l’OIM ou la police de Djibouti va payer les frais du mariage.

Hassan Cher


 Share
Ad
Authored by: Hassan Cher Hared

Hassan Cher Hared