Éthiopie : Les politiciens et le peuple de l’Etat régional d’Amhara rejettent clairement le système fédéral et l’actuel drapeau national.

Les politiciens et le peuple de l’état régional d’Amhara disent ensemble : « Non à un système fédéral, non à d’autres langues dans le pays, non l’actuel drapeau et constitution de l’Éthiopie.  Oui un état central, oui l’amhara comme seul langue officiel et oui un l’ancien drapeau de l’Éthiopie. »

Les représentants de l’État régional d’Amhara, dont le vice-Premier ministre éthiopien Demeke Mekonen, le président de l’Etat régional d’Amhara, Gedu Andargachew, et le peuple ont clairement rejeté le système fédéral et la constitution défiant le gouvernement fédéral, à Bahir-Dar, le mardi 3 juillet 2018 pendant la visite du premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed, chez les Amharas . Lors de la manifestation massive, les forces de sécurité de l’État régional d’Amhara et éventuellement des membres des forces armées ont participé à la déchirer et destruction au feu de l’actuel drapeau éthiopien. Les forces fédérales sont censées être neutres, mais l’ethnie Amhara semble ignorer la loi du pays et le système fédéral.

En plus, le vice-Premier ministre éthiopien, Demeke Mekonen, et le président de l’Etat régional d’Amhara, Gedu Andargachew, ont clairement indiqué dans leurs discours  qu’ils ne souhaitaient plus défendre le système fédéral, soulignant plutôt l’importance de l’unité de l’Amhara. Les deux dirigeants ont blâmé le système fédéral comme s’ils n’en faisaient pas partie depuis près de 30 ans. Ils ont l’air d’appartenir à une autre partie que l’EPDRF.

Le premier ministre du pays n’a pas dit un mot quand la constitution du pays fut parodiée devant lui. C’est comme si l’Ethiopie a deux drapeaux un pour Amhara et l’autre pour le reste des éthiopiens. Comment diable le premier ministre peut-il  accepter que les symboles de l’unité de l’Éthiopie soient bafoués  de la sorte quand on sait que les deux principales choses qui lient les peuples et les régions de ce pays sont la constitution et le drapeau ?

Les gens dans les États de Benishangul-Gumuz, Gambela, Afar, Somali, Nations du Sud, Nationalités, et Tigrai et Oromia commencent à se méfier, car ce qui se passe en Ethiopie est maintenant comparable un coup d’état. Une fois qu’Abiy et Demeke ont réussi à consolider le pouvoir de l’Etat, les régions craignent qu’ils abolissent les Etats fédéraux et déclarèrent l’amharique comme seule langue nationale officielle.

Dans l’ensemble, c’est une triste ère pour le pays, soit les huit autres États tenteront de défendre la constitution et le fédéralisme en envoyant une mise garde claire à la région Amhara avec ses ambitions d’une autre époque ou l’Éthiopie plongera dans la guerre civile et finira par se diviser  en plusieurs états indépendants.

Hassan Cher


 Share

Share this post:

Recent Posts

Comments are closed.