Djibouti / Érythrée : Ismaël Omar Guelleh disposé à soutenir directement l’opposition érythréenne.

Dès l’arrivée au pouvoir en Éthiopie du TPLF – Front de libération du peuple du Tigray, Ismaël Omar Guelleh à l’époque super chef de la sécurité nationale, sous la gouvernance de son oncle feu Hassan Gouled Aptidon, avait établi une bonne relation avec les dirigeants du TPLF et particulièrement l’entourage du feu Meles Zenawi. Les nouveaux barons du régime éthiopien avides de luxe et de richesse facile trouvent un soutien inattendu de la part du régime clanico-mafieux de Gouled/Guelleh qui met à profit son expérience dans les blanchiments des deniers publics, du trafic et de la répression. En échange de ses soutiens le TPLF de Meles promet à Guelleh une protection à l’égard de l’opposition Djiboutien et de toute autre menace qui sera à la portée de la capacité d’Addis-Abeba. D’ailleurs, à l’extérieur du pays se sont les services des renseignements éthiopiens qui pourchassaient l’opposition djiboutienne plus que la police politique de Guelleh.

Ce grand amour entre Guelleh et le TPLF amènera le régime djiboutien à mener la guerre contre l’Érythrée voisine afin de prouver sa fidélité à Addis-Abeba.

Avec l’arrivée d’Abiy Ahmed, premier ministre de l’Éthiopie, l’idylle prend fin. Dans un premier temps, Guelleh tente de dissuader Abiy à faire la paix avec Asmara mais voyant la décision ferme du premier ministre de l’Éthiopie, Guelleh fait tout pour saboter Abiy avec le concours des tigrées et d’Abdi Iley dont ils forment ensemble l’axe du mal.

De l’autre côté, le régime d’Ismaël Omar Guelleh veut apporter un soutien direct à l’opposition érythréenne. Un membre du Conseil national érythréen pour le changement démocratique (ECDC) de passage à Djibouti le 15 juillet 2018  a pu rencontrer le directeur de la sécurité nationale, Hassan Saïd Khaireh.

Le deuxième rencontre entre le Conseil national érythréen pour le changement démocratique (ECDC) et le régime djiboutien a lieu à Bruxelles. Profitant de la présence à Bruxelles du ministre des affaires étrangères djiboutien, de l’ambassade de Djibouti à Mogadiscio et de deux cadres des services de renseignement djiboutiens pour le Forum du partenariat somalien à Bruxelles, la délégation djiboutienne a eu l’occasion des discuter avec des membres du Conseil national érythréen pour le changement démocratique (ECDC).

D’ailleurs, des oppositions Djiboutien de circonstances qui ont accordé une interview à VOA langue somali le 15 juillet 2018, avaient qualifié l’accord de paix entre Asmara et Addis-Abeba d’une catastrophe pour Djibouti en particulier et de la corne d’Afrique en général. Ils ont témoigné aussi que Guelleh avait soutenu ouvertement le TPLF contre Asmara – VOA langue soamlie: https://youtu.be/sEc9va9UWzM .

Ismaël Omar Guelleh, président de Djibouti, a aussi organisé un séminaire au Centre d’Étude et de Recherche de Djibouti – CERD –, le 17 juillet 2018, sur le thème (Bouleversement politique en Éthiopie et la reconfiguration politique et économique de la corne  d’Afrique et la position pour Djibouti). Guelleh a confié à la reine de ce séminaire son neveu Kenedid, un journaliste des médias propagandistes du régime, qui doit canaliser les analyses et pensés de quatre prisonniers moraux (des intellectuels dépourvus de la libre pensée). L’objectif du séminaire est de produire un rapport final qui doit diaboliser l’Érythrée d’Isaias Afwerki et de rendre irresponsable Abiy Ahmed, premier ministre de l’Éthiopie.

 

Hassan Cher


 Share

Share this post:

Recent Posts

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :