Djibouti /Chine : Guelleh met le feu à Balbala pour libérer de grandes parcelles aux chinois

Les dessous des incendies criminels Une vague d’émotion particulière a submergé le peuple djiboutien lorsque les feux successifs ont été annoncés dans des quartiers défavorisés de la commune de Balbala. Depuis la valse des « pompiers » pyromanes ne désemplit pas le tout orchestré par une farouche campagne de l’unique chaine de télévision de propagande de Djibouti. Les cibles du feu sont situées entre le Free zone  et le Port de Dorale.  Le cité Hodan touche du coté Nord–Est du quartier Hayabley, le cité Hodan fait une connexion le quartier Balbala-Adi du coté Est, le quartier Hayabley se lie le quartier Barwaqo du côté Nord, Barwaqo touche Cheikh-Mousse du coté Nord et Cheikh-Mousse touche Balbala-Adi du Sud-Est

Les raisons de ses mis à feu sont multiples, mais l’une d’elle fait froid dans le dos. L’implantation des chinois à Djibouti fut scellée avec l’homme au pouvoir à Djibouti, Ismaël Omar Guelleh, depuis 2015 lors de la signature des premiers contrats d’installation des bases militaires chinois à Djibouti. Les projets chinois consistaient à raser les quartiers populaires de Balbala depuis sa signature pour céder les terres aux installations secrètes et entreprises chinoises. Déjà à cette date, la chine avait versé plusieurs millions de dollars pour une campagne d’information et de délogement des populations de la longue des côtes djiboutiennes afin de laisser la place aux investisseurs chinois.

L’échéance 2017 devrait clore la phase d’information et le début des délogements des populations djiboutiennes établis sur toute la côte djiboutienne à proximité du Port de Doraleh, 1 & 2. Le ministre des finances, le ministre commerçant, Ilyass Moussa Dawaleh, fut chargé de la mise en œuvre du projet de dérasement des favelas de Balbala comme stipulé dans les clauses du contrat.

A son habitude, Guelleh et Dawaleh se sont partagé l’enveloppe sans aucune exécution des projets gracieusement rémunérés. Dawaleh devait sous-traité la démolition ainsi à cela s’ajoute une autoroute pour acheminer les marchandises entre l’implantation des entreprises chinoises en Ethiopie en passant par Ali-Sabieh, pour désengorger le flux des transporteurs entre le port de Djibouti et les usines chinoises établies en Ethiopie. 400 millions de dollars ont été versé à Guelleh en fin d’année 2015 pour construire cet axe routier.

Ainan


 Share

Share this post:

Recent Posts

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :