Éthiopie : le drapeau des sécessionnistes Oromo fleurisse partout et les protestations s’intensifient aussi dans d’autres districts de la région.

protestations et seccession région OromiaLes protestations qu’on croyait s’essouffler depuis quelques mois ont connu un sursaut dans la région Oromia, en Éthiopie. District Arsi, qui se trouve au sud de la capitale, Addis-Abeba, a connu de violentes manifestations le mardi 26 juillet 2016.

Des vidéo circulant dans les réseaux sociaux  montrent des exploitations agricoles mécanisées appartenant au millionnaire de nationalité saoudienne, Sheikh Mohammed Al-Amoudi que des protestataires avaient mis le feu.

Dodola, les zones adjacentes d’Adaba a connu aussi des protestations sanglantes parce que les forces de sécurité n’ont pas hésité, devant l’ampleur des manifestations, de tirer à balles réelles sur les civiles.

Les routes menant aux districts voisins de l’Ouest d’Arsi sont bloquées avec de gros rochers dans un geste apparent pour dissuader la libre circulation des forces de sécurité dans la région.

Il y a eu une protestation  camarde dans la région depuis plusieurs mois après que l’administration d’Addis-Abeba a dévoilé la proposition de plan directeur pour la capitale qui a été enclins à déloger les petits agriculteurs dans les environs d’Addis-Abeba.

Des ONGs internationales des droits de l’homme comme Human Rights Watch a rapporté qu’au moins 400 personnes ont été tuées par les forces de sécurité dans le cadre de la manifestation pacifique en Oromia.

Dans une situation similaire, la tension dans les districts de Gondar du Nord-Ouest de l’Éthiopie reste élevée. Des protestations ont éclaté en Gondar il y a environ deux semaines, lorsque les forces gouvernementales ont essayé d’arrêter de représentants élus du district  Wolkayte

Si les protestations dans la zone Arsi de la région Oromia s’étend à d’autres parties de la région, la volatilité de la situation politique et sécuritaire en Éthiopie pourrait entrer dans une nouvelle phase selon les observateurs qui partagent leur opinion dans les médias sociaux.

Le drapeau de résistance, et sécessionnistes, se répand à travers la région Oromia comme un feu de paille.

Le régime éthiopien sous la direction du TPLF semble perdre de force parce que la petite élite Tigré qui compte diriger l’Ethiopie de main de fer par le biais de leur parti état, le TPLF, se voit de plus en plus isolée et en porte-à-faux aux attentes des autres composants du pays.

Cette situation commence à favoriser l’aile dur de l’Oromo Liberation Front (OLF) qui prône une sécession de la région Oromia du reste de l’Ethiopie.

Hassan Cher

Share this post:

Recent Posts

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :