Ethiopie / Egypte / Soudan : Khartoum accueillera ce mercredi la septième réunion du comité tripartite sur le grand barrage hydroélectrique de l’Ethiopie

Barrage Ethiopien sur le NilLa 7ème réunion du comité technique tripartite sur le barrage hydroélectrique « Grand éthiopienne Renaissance Dam (RGO) » aura lieu ce mercredi à Khartoum avec la participation des ministres des ressources en eau du Soudan, de l’Egypte et de l’Ethiopie pour examiner les propositions soumises par les entreprises qui effectueront l’évaluation technique sur le barrage.

Les trois pays avaient déjà formé un comité pour sélectionner un cabinet de conseil afin d’évaluer l’impact du grand barrage sur le Soudan et l’Egypte. Quatre sociétés de consulting de la France, de l’Australie et des Pays-Bas avaient été présélectionnées au départ et invités à soumettre leurs propositions.

Le barrage de plusieurs milliards de dollars est en cours de construction sur le Nil Bleu, à environ 20 kilomètres de la frontière soudanaise, et a une capacité de 74 milliards de mètres cubes, et il est prévu pour générer une puissance électrique de jusqu’à 6.000 mégawatts.

L’Égypte craint que le barrage affecte négativement sa part traditionnelle de l’eau du Nil, sa seule source d’eau qui a été déterminé par un partage de l’eau datant de l’ère coloniale.

Mais l’Éthiopie insister sur le fait que cela ne se produira pas et affirme que le projet est indispensable à son propre développement national et du bien-être économique de sa population en plein essor.

La réunion de Khartoum évaluera les offres techniques et financières présentées par deux sociétés françaises et néerlandaises qui ont été sélectionnés pour mener des études sur l’impact social, financier et hydraulique du barrage sur les trois pays.

Des experts internationaux dans le domaine de la sécurité des barrages, des ressources en eau et de l’environnement de l’Allemagne, de la France, de la Grande-Bretagne et de l’Afrique du Sud ainsi que des représentants des trois pays avaient présenté des recommandations en mai 2013, après un an et demi de visites sur le terrain pour le barrage et scrutant tous les documents de conception et d’études de barrage.

Mais l’Egypte a rejeté le rapport et d’autres études présentées par l’Ethiopien il y a une année. Caire a également publié un rapport affirmant que le barrage pourrait diminuer la part de l’eau du Nil de l’Egypte de 12 milliards de mètres cubes

En mars dernière, les dirigeants du Soudan, l’Egypte et l’Ethiopie ont signé une déclaration de principes sur le RGO à Khartoum en préparation pour les négociations sur les détails du grand barrage.

Le ministre des ressources en eau et irrigation égyptien, Hossam Moghazi , confirme que le Soudan accueillera mercredi un nouveau cycle de négociations du comité d’experts sur la renaissance barrage éthiopien.

Les entretiens seront suivis par une réunion des ministres de l’irrigation égyptiens, soudanais et éthiopiens ainsi que des représentants des deux bureaux d’études internationales qui ont eu la charge d’esquisser une étude technique sur le barrage, a ajouté Moghazi.

Dans sa déclaration à la presse, il a ajouté que les négociations visent à régler les points techniques en suspens qui ne sont pas traités dans la précédente série de pourparlers.

Les experts égyptiens sont entièrement préparés pour le nouveau round de négociations techniques à Khartoum, a affirmé le ministre égyptien.

Hassan CHER


 Share

Share this post:

Recent Posts

Comments are closed.