Djibouti / USA / Chine : La future base militaire de l’armée chinoise est une menace sérieuse pour Washington et l’occident en général

Chine et Ismael Omar Guelleh - IOGLe camp Lemonnier, situé dans l’État de l’Afrique orientale, Djibouti, est l’un des centres de collecte de renseignements clés de l’Amérique sur les activités de l’État islamique et Al-Qaïda.

Les tentatives de la Chine pour accroître sa présence stratégique en Afrique de l’Est ont soulevé de sérieuses préoccupations au sujet de l’avenir de l’un des postes clés pour la collecte de renseignements des états unis sur l’État islamique et al-Qaïda.

Depuis les attentats du 11 Septembre en 2001, le Camp Lemonnier de l’armée américaine, qui est situé en Afrique de l’Est, spécialement la république de Djibouti, est devenu le centre des opérations antiterrorisme des États-Unis dans la région, la collecte de renseignements essentiels sur Al-Qaïda et des cellules terroristes de l’état islamique activent à la fois en Afrique et dans la région du Golfe.

Le Camp Lemonnier, qui abrite 4.500 militaires américains est la seule base militaire américaine en Afrique, subit actuellement une réévaluation budgétaire (900 millions de dollars à 1,4 milliard). Il fournit un soutien essentiel pour les Forces spéciales américaines, les avions de combat et les hélicoptères, et tout en étant un centre opérationnel important pour les opérations de drones au Yémen et en Somalie.

Mais, comme le président américain Barack Obama est en visite dans la région cette semaine, le Pentagone a soulevé de sérieuses préoccupations quant à la capacité des forces américaines de continuer à mener des opérations de contre-terrorisme cruciaux de Djibouti après que le président du pays, Ismaël Omar Guelleh, a conclu un accord militaire de 100 millions de dollars avec la Chine. Les responsables du renseignement américains craignent qu’une présence chinoise importante à Djibouti compromette sérieusement leurs propres opérations de collecte de renseignements dans le pays.

Pour la dernière décennie, M. Guelleh a beaucoup compté sur l’aide de l’Amérique et de la France, qui a également une forte présence militaire à Djibouti, pour maintenir son régime. Mais à la suite de critiques du Congrès américain sur le leadership de plus en plus autocratique de M. Guelleh, le chef Djibouti a négocié une nouvelle alliance stratégique avec Pékin, permettant à la Chine de prendre une participation de 185 millions de dollars sur le port d’importance stratégique de Djibouti, situé tout près de Camp Lemonnier.

Pour les deux dernières décennies, le port de Djibouti, un lien d’approvisionnement vital entre la région de l’Afrique et du Golfe riche en pétrole, a été administré par DP World, l’un des plus grands opérateurs portuaires du monde. Mais pour démontrer son indépendance de Washington, M. Guelleh au début cette année a annulé le contrat avec DP World et a signé un nouveau contrat avec Pékin, qui a également promis de dépenser 400.000.000 de dollars pour le développement des installations portuaires du pays.

Le Pentagone a maintenant soulevé des inquiétudes sur l’implication commerciale de la Chine à Djibouti qui pourrait signifier pour Washington un déménagement des opérations sensibles de collecte de renseignements à des endroits plus sûrs à l’extérieur de Djibouti où ils sont mieux protégés contre l’interception des Chinois.

Il y a une crainte également que M. Guelleh tente à imposer des restrictions sur l’accès libre de l’armée américaine de Camp Lemonnier, telles que l’imposition de limites sur le déplacement du personnel militaire et des opérations militaires menées à partir de la base.
« L’accord commercial entre Djibouti et la Chine a soulevé des préoccupations sérieuses de sécurité à l’égard de Camp Lemonnier, «un haut responsable américain a déclaré. « Il y a des craintes que le Président Guelleh devenu trop proche de la Chine peut être tenté d’imposer des restrictions sur l’accès libre des États-Unis à la base, ce qui affecterait gravement les actions de l’Occident pour recueillir des renseignements sur l’état islamique et Al-Qaïda. »

L’importance de la nouvelle alliance entre Djibouti a été démontrée le mois dernier quand des chars chinois ont été photographiés prenant part à la parade de la fête de l’indépendance du pays, le 27 juin 2015. Les responsables militaires chinois ont également refusé de commenter les informations selon lesquelles, en dehors de la réalisation du port, ils prévoient également de construire leur propre base militaire à Djibouti.
Les diplomates américains sont également opposés à l’engagement de M. Guelleh de se présenter à la réélection de l’année prochaine, avril 2016, qui, selon eux est inconstitutionnelle. M. Guelleh a été au pouvoir depuis 1999, et par la loi devrait quitter à la prochaine élection.

Au vu des actions de Guelleh, il ne semble pas disposé à quitter le pouvoir et a déjà lancé la compagne présidentielle pour son 4ème mandat. Se mettre sur le dos l’occident et embaucher le 100 millions de dollars chinois, il a prouvé que la dernière était la meilleur pour lui.

La question est, l’occident se laissera-t-elle malmener par un dictateur ou y réagira-t-elle ?

Hassan cher


 Share

Share this post:

Recent Posts

Comments are closed.