Ethiopie : Le Yémen a arrêté arbitrairement un leader de l’opposition éthiopienne et cette dernière demande son extradition.

Ginbot 7 - Mouvement éthiopienLes autorités du Yémen ont arrêté Andargachew Tsige, le secrétaire général de Ginbot 7, un mouvement d’opposition éthiopien basé aux États-Unis.

Selon le groupe, le fonctionnaire a été arrêté par les forces de sécurité yéménites la semaine dernière à l’aéroport international El-Rahaba, dans la capitale, Sana ‘a, alors qu’il était en transit à Londres.

Les raisons de son arrestation restent floues, cependant, le groupe d’opposition en exil certifie que Sanaa n’avait aucune raison fondée pour arrêter Tsige, appelant à sa libération immédiate et inconditionnelle.

Des sources gouvernementales dans la capitale éthiopienne, Addis-Abeba, a déclaré jeudi que les autorités yéménites doivent émettre un mandat d’extradition.

Tsige, qui est la deuxième personnalité du mouvement, a été condamné à mort par contumace par un tribunal éthiopien, avec Berhanu Nega président, sur son rôle présumé visant à renverser le gouvernement central en 2009.

Ginbot 7 a exigé que le Yémen s’abstienne de remettre Tsige au gouvernement éthiopien, avertissant qu’il récolterait des représailles si ce pays de la Corne de l’Afrique choisit de le faire.

« Nous allons riposter de tout manière et à n’importe quel endroit pour tout dommage causé à l’intégrité physique, moral et la vie de Andargachew Tsegie, » a indiqué son mouvement dans un communiqué.

Tsige aurait survécu à une tentative d’assassinat à Asmara en 2013, avec le mouvement accusant le gouvernement éthiopien d’avoir orchestré le complot.

En vertu d’un pacte de sécurité signé en 1999 entre la fin de premier ministre de l’Éthiopie, Meles Zenawi, et l’ancien président yéménite Ali Abdela Salah, Addis-Abeba et Sanaa d’extrader les condamnés de passage ou qui se cacher sur le sol de l’autre.

Ginbot-7 a été fondée par Nega en 2008 dans le but de parvenir à un changement de régime.

Le gouvernement éthiopien a désigné le groupe comme une entité terroriste en Juin 2011, avec le Front de libération nationale de l’Ogaden (ONLF), Front de libération oromo (FLO) et Al-Shabaab de Somalie.

Le Yémen est-il devenu la police politique des dictatures de l’Afrique de l’Est quand on sait qu’il avait fait la même chose, le dimanche 25 Aout 2013, à un opposant Belgo-Djibouti et témoin dans l’assassinat du juge Borrel ?

http://www.hch24.com/actualites/08/2013/djibouti-un-opposant-belgo-djiboutien-arrete-au-yemen/

Hassan Cher


 Share

Share this post:

Recent Posts

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :