Djibouti : Le sommet USA avec les dirigeants africains à Washington DC en Aout 2014 n’est plus du goût d’IOG

Obama - IOGAvec la diminution de l’effectif des forces armées françaises stationnées à Djibouti de 1900 à 900 bonhommes, IOG sent qu’il aura un manque à gagner conséquent dans sa bourse personnelle.

Paris justifie cette réduction d’effectif par un manque de budget mais pour le régime djiboutien c’est un désintéressement de la France vis-à-vis de son ancienne colonie de l’Afrique de l’Est.

Dans ses hallucinations politiques, Ismaël Omar Guelleh, n’arrête pas de répéter qu’il va faire venir les chinois à Djibouti pour combler les pertes de gain. Sauf que ces évocations d’IOG sont mal vues du côté de l’oncle Sam, les Américains.

L’USA a même reporté le remplacement de son ambassadeur à Djibouti.

De l’autre côté, des sources proches d’Ismaël Omar Guelleh, prétendent que Washington met la pression sur le régime djiboutien afin que Robleh Olhaye soit remplacé, l’inamovible ambassadeur de Djibouti aux états unis d’Amérique. Mais, son cousin président de Djibouti, Ismaël Omar Guelleh, refuse d’exécuter la demande d’USA et a, même, répondu à l’administration d’Obama qu’il est président d’un pays indépendant et qu’il est le seul à nommer ou destituer ses diplomates.

A son passage en Aout 2014 à la Maison Blanche, IOG avait été convoqué pour signer le prolongement du contrat pour les bases des forces armées américaines à Djibouti. En échange le dictateur djiboutien a pu avoir l’accord d’Obama pour le payement d’un louer de 63 millions de dollars US par an.

L’accord doit passer devant le Congrès américains et ce dernier a bloqué les millions qu’espérait IOG. Le congrès n’a pas assimilé qu’un tel montant soit accordé à ce régime sans que des clauses ne soient conditions à la finalité de l’investissement USA. Cette petite cagnotte crée une tension entre le bureau ovale et le congrès.

Ismaël Omar Guelleh qui désespère,  craint que ces quelques millions prévus à garnir sa trésorerie de Haramous reste bloqué au congrès américain ou passe directement par des sociétés de suivies américaines.

Beaucoup des doutes persistent actuellement sur la participation d’IOG à ce sommet USA avec les dirigeants africains à Washington DC en Aout 2014.

Hassan Cher


 Share

Share this post:

Recent Posts

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :