Ethiopie : Une tentative d’assassinat à la grenade ratée contre le premier ministre de l’Ethiopie, Abiy Ahmed.

Ad

Le nouveau premier ministre de l’Ethiopie, Abiy Ahmed, a entamé des reformes express dès son arrivée au pouvoir, le 2 Avril 2018. Il a limogé de leurs postes deux éléments importants du régime TPLF dans l’armée et la sécurité. Il s’agit de deux tigrées dont l’un fut le général de l’armée nationale et le second le chef de l’appareil sécuritaire du pays.

La deuxième décision politique fut la libération de la majeure partie des prisonniers politique détenus arbitrairement depuis des années par le régime du TPLF. Et la troisième fut la main tendue à Érythrée, pays voisin dont Addis-Abeba est en guerre.

Abiy Ahmed avait annoncé récemment être prêts pour engager des négociations de paix avec Asmara afin de mettre un terme au conflit frontalier vieux de deux décennies entre les deux pays et d’appliquer entièrement les dispositions de l’accord de paix signé en décembre 2000 à Alger. Il y ‘a deux jours, le président érythréen Isaias Afwerki avait annoncé l’envoi d’une délégation à Addis-Abeba.

Ces reformes du premier ministre de l’Ethiopie ne font les intérêts du régime du TPLF (Tigray People’s Liberation Front) qui sont au pouvoir depuis la chute du régime Derg en 1991. Le TPLF a qualifié les décisions du premier ministre qui consistaient à reconnaitre l’accord d’Alger entre l’Éthiopie-Érythrée allouant pleinement à Asmara la possibilité de récupérer le territoire de Badme et celle portant sur la privatisation partielle ou totale des entreprises détenues par l’état ou des barons de l’EPRDF. Le TPLF menace même de relancer la guerre avec l’Erythrée en cas ou Abiy concrétisait sa décision de céder  la région de Badme à Asmara. TPLF est appui cette fronde contre le nouveau premier ministre de l’Éthiopie par ses alliés de toujours, Ismaël Omar Guelleh – président de Djibouti et Abdi Iley – président de la région somalie de l’Ethiopie.

Pour désenclencher la pression sur le premier ministre Ethiopie son entourage, majoritairement composé d’Oromo, a organisé aujourd’hui, le 23 juin 2018, à Addis-Abeba un grand meeting qui a regroupé des milliers d’éthiopien. Juste avant la fin du discours du premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed, retentisse des explosions, des cris et des pleures dans la foule.

Des grenades ont explosés sur le lieu du meeting. Il est maintenant confirmé que 4 personnes sont mortes et 12 sont blessés. S’en ait suivi d’un chaos total. Quelques heures plus tard, les militaires déclarent prendre le contrôle «pour rétablir la paix».

D’autres meetings des soutiens pour Abiy Ahmed sont prévus à Dire-Dawa par les Oromo et Issa, à la région Afar et la région des nations nationalités et peuples du sud.

La situation éthiopienne semble cheminée vers une confrontation ouverte entre le club d’Abiy Ahmed et  l’axe du mal qui regroupe les tigrées, Ismaël Omar Guelleh et Abdi Iley.

Hassan Cher


 Share
Ad
Authored by: Hassan Cher Hared

Hassan Cher Hared

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.