Djibouti : 1er – La galère commence tôt pour la délégation du gouvernement au 106è CIT à Genève 2017.

Jpeg

Comme d’habitude le gouvernement djiboutien présente à la Conférence Internationale du Travail de l’OIT à Genève juin 2017, une liste erronée et dont sont exclus les représentants des syndicats libre et indépendants du pays.

Déjà, le 4 juin 2017, à l’ouverture de la conférence, le gouvernement djiboutien n’a pas le droit de vote à la conférence se référer au 15ème paragraphe du Compte rendu provisoire 5A de la 106ème session de la Conférence internationale du Travail, Genève, juin 2017 : http://www.ilo.org/wcmsp5/groups/public/—ed_norm/—relconf/documents/meetingdocument/wcms_556284.pdf

« Treize Etats Membres accrédités à la Conférence présentent un tel retard dans le paiement de leurs contributions aux dépenses de l’Organisation qu’ils ne peuvent pas participer, pour le moment, aux votes à la Conférence, y compris ses commissions, conformément au paragraphe 4 de l’article 13 de la Constitution (Burundi, Comores, Djibouti, El Salvador, Gabon, Kirghizistan, Libye, République Démocratique du Congo, Sao Tomé-et-Principe, Sierra Leone, Somalie, Soudan du Sud et République bolivarienne du Venezuela). Il n’est donc pas tenu compte de 52 délégués dans le calcul du quorum. Il n’est pas non plus tenu compte d’un délégué qui, conformément au paragraphe 2 de l’article 4 de la Constitution, ne peut pas voter en raison de la nature incomplète de la délégation à laquelle il appartient (Nicaragua, voir paragraphe 8 ci-dessus). »

Et dans son deuxième Compte rendu provisoire 5B de la  106e session de la Conférence internationale du Travail, Genève, juin 2017, la commission des vérifications de pouvoir de la conférence met en premier ligne Djibouti et la Somalie comme deux états connus pour la répression des travailleurs et la violation permanente des droits humains, se référer à la 33ème paragraphe du compte rendu précité : http://www.ilo.org/wcmsp5/groups/public/—ed_norm/—relconf/documents/meetingdocument/wcms_557048.pdf

Suivi, protestations, plaintes et communications

« Outre le suivi de la situation concernant la désignation de la délégation des travailleurs de Djibouti, de la Somalie et de la République bolivarienne du Venezuela, dont la commission a été saisie à la précédente session de la Conférence 12, à ce jour, la commission a été saisie de plusieurs protestations, plaintes et communications. Elle en a aussitôt entrepris l’examen. Sa tâche se trouve simplifiée dès lors que les pouvoirs sont parvenus au Bureau international du Travail dans les délais impartis. 11 Le nombre des personnes accréditées en qualité «d’autres personnes assistant à la Conférence» était de 1 128 en 2016, 1 175 en 2015, 1 028 en 2014 et 972 en 2013. 12 Voir CIT, 105e session (2016), Compte rendu provisoire, n o 6C(Rev.), paragr. 13, 88 et 111, et Compte rendu provisoire, n o 20. 8 ILC106-PR5B-JUR-170607-1-Fr.docx 34. La Commission de vérification des pouvoirs soumet le présent rapport à la Conférence afin que celle-ci en prenne acte. »

Nous vous informerons régulièrement de l’évolution de la situation à la 106ème session de la conférence internationale du travail à Genève en juin 2017. La conférence prendra fin le 16 juin 2017 mais avant cette délai nous aurons le compte rendu finale qui sera cette année plus affermi que d’habitude.

Hassan Cher


 Share

Share this post:

Recent Posts

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :