Djibouti / Ethiopie / Érythrée : l’armée éthiopienne envahit Djibouti et compte reconquérir Assab.

Hailemariam Desalegn - Ismael Omar GuellehSuite un article publié le vendredi 17 juin 2016 par le journal dénommé « Océan indien  ou Loi » relatait  la présence de 150 militaires de l’armée dirigée par un colonel Tigrai au Nord de la république de Djibouti. Plus précisément entre le village de Balho et Dorra, soit à 50km du mont Moussa-Ali qui fait la jonction entre les frontières de trois pays – Djibouti, Erythrée et Ethiopie.

L’accord militaire et sécuritaire entre Djibouti et l’Ethiopie. Le Ministre djiboutien de la Défense Hassan Darar, et son homologue éthiopien Siraj Fegessa, ont signé, jeudi 28 avril 2016, « un protocole de coopération globale dans les domaines sécuritaires et militaires » entre les deux pays, selon la télévision d’Etat djiboutienne – RTD – voir ce lien : (https://youtu.be/9cXM0Q1S-iA?t=8m49s). Cette annonce a été faite à l’issue d’une réunion de la Commission militaire mixte entre Djibouti et l’Éthiopie, qui s’est tenue jeudi, dans la capitale, Djibouti, avec la participation du chef d’état-major des forces djiboutiennes, le général Zakaria Cheikh Ibrahim, et son homologue éthiopien, le général Samora Younis. Le discours du général de l’armée djiboutienne, Zakaria Cheikh Ibrahim. Dans son discours le chef d’état-major des forces djiboutiennes, le général Zakaria Cheikh Ibrahim, dit clairement : « l’armée éthiopienne va nous aider à combattre des éléments indésirables à l’intérieur du pays et nos actions conjointes ne se limiteront pas à nos frontières mais là où il y aura besoin. » Les propos tenus par le général djiboutien sont très graves et surprenants parce qu’il déclare ouvertement que les soldats de l’armée éthiopienne en uniformes peuvent opérer librement sur le territoire djiboutien pour participer aux exactions et massacres que mènent, à certains endroits du pays, la milice de Guelleh à l’encontre de la population civile.

Que des officiers militaires censés défendre leur peuple contre les agressions de forces armées étrangères, invitent une autre armée à participer à des projets de massacre ou de génocide dans leur pays et sur les citoyens est chose vraiment inacceptable aux regards du droit international.

Juste après la signature de l’accord dit militaire.

Le nouveau ministre de la Défense nationale, Mr Ali Hassan Bahdon, s’est rendu le 24 mai 2016 en visite à Doumeira accompagné par le général de division Zakaria Cheick Ibrahim chef d’état–major Général des armées et le Général Osman Nour Soubagleh, le ministre de la Défense a été accueilli par le colonel Aden Hassan Galab le commandant du régiment d’Obock et commandant de la zone de Doumeira et le lieutenant-colonel Ahmed bileh chef de corps du régiment d’action rapide.

Officiellement, après le piquet d’honneur organise en son honneur la délégation conduite par le ministre de la Défense s’est rendu à la tombe des martyrs de Doumeira ou la Fatiha a été lu le ministre de la défense et les généraux ont ensuite assiste une présentation de la situation Général de la part du colonel Aden Hassan. Mr Ali Hassan bahdon s’est informe de la situation de la zone ainsi que les conditions des hommes et des matériels présents sur place. À noter que le conflit de Doumeira a eu lieu le 18 juin 2008 et depuis une force d’interpositions qataries est sur place pour garantir la paix.

Officieusement, d’après des sources militaires djiboutiennes le nouveau ministre de la défense nationale, marié à la fille du premier mariage de la première dame de Djibouti, aurait transmis à certains de l’armée djiboutienne à Doumeira un message d’Ismaël Omar Guelleh. Malgré la réticence des certains officiers djiboutiens de l’arrivée de l’armée sur leurs territoires, ils sont obligés de les accueillir et de collaborer avec eux sur les actions qu’ils mèneront dans le Nord du pays, pour l’instant, et dans le cas d’une préparation d’une offensive contre l’Erythrée.

Les sources nous ont appris que les officiers djiboutiens qui ont reçu officieusement le message de Guelleh ont à leur tour tenté de faire ingurgiter les soldats, à majorité composés des issas, la partie anecdotique du message de Haramous.

L’armée éthiopienne qui envahisse la république de Djibouti sera accompagnée d’une rebelle Afar. En effet, il s’agit de la rébellion afar surnommée « Red Sea  Afar  Democratic Organization (RSADO) » soutenue par Addis-Abeba et militant pour la sécession de la région afar du Sud de l’Erythrée qui de la frontière djiboutienne jusqu’à à la région érythréen d’Akele-Guzaï.

L’organisation est animée de l’extérieur par la diaspora Afar basée au Yémen, Addis-Abeba, Suède et Canada. Elle dispose une rébellion armée qui reçoit de l’Ethiopie le plus important soutien. Politiquement parlant, l’organisation, née d’un mécontentement en 2008, connaît une maturité galopante et quelques politiciens Afars de Djibouti commencent à s’y intéresser.  Deux tendances politiques, encore sans impact sur la structure dirigeante, se sont formées depuis peu à l’intérieur de l’organisation. Il s’agit de la tendance pro rattachement à Djibouti et celle pro de la déclaration d’un état Afar indépendante.

L’armée éthiopienne aidera la rébellion afar, RSADO, à conquérir le Sud de l’Érythrée à travers le territoire djiboutien et en contrepartie, pour Guelleh, assistera l’armée djiboutienne à « vaincre » la rébellion afar, le FRUD.

Avec ce projet Addis-Abeba veut faire une pierre deux coups, amputer l’Erythrée et reconquérir le port d’Assab.

Mais, pour les soldats issas de l’armée djiboutienne tout ça n’a rien de rationnel, combattre une rébellion afar et soutenir une autre ne semble pas catholique pour eux.

Et pour Guelleh ?

Craignant ne plus pouvoir compter sur une armée nationale qui on a marre d’occire gratuitement des civils innocents, Guelleh croit avoir la bonne solution en sous-traitant les massacres des civils du Nord du pays à l’armée éthiopienne.

Après le Nord, Guelleh va-t-il sous-traiter aussi la répression de la révolte qui couve au Sud du pays ?

Les conséquences d’une telle invasion.

Cette arrivée de l’armée éthiopienne ne pas du goût du peuple djiboutien mais aussi des proches voisins comme la Somalie et l’Erythrée et aussi certains pays de la ligue arabe.

La population djiboutienne pourra se retrouver au centre d’une guerre dont elle n’a rien à y avoir.

 

Hassan Cher

 

liens intéressants:

1 – ht4.com/actualites/02/2015/djibouti-ethiopie-ismael-omar-guelleh-et-hailemariam-desalegn-ont-fustige-lerythree-au-cours-de-leur-rencontre-de-ce-samedi/tp://www.hch2

2 – http://www.hch24.com/actualites/05/2016/djibouti-ethiopie-lettre-ouverte-au-premier-ministre-de-la-republique-democratique-federale-dethiopie/

Share this post:

Recent Posts

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :