Somalie : les somaliens d’Amérique exportent les problèmes tribales sur le sol américain

TribalismeBeaucoup des somaliens ont dû faire face au racisme aux États-Unis après avoir fui leur pays déchiré par la guerre. Mais certains sont confrontés à un autre type de discrimination – le tribalisme.

La population de la Somalie est composée de quatre principales tribus et d’autres clans et tribus minoritaires. Le tribalisme a éclaté entre des groupes d’immigrants somaliens dans d’autres pays, et certains activistes dans les villes ont essayé de faire quelque chose pour réduire les tensions, comme la ville de Minnesota.

Environ 200 personnes ont récemment assisté à la Conférence de réconciliation du mouvement anti-tribalisme à Minneapolis. L’organisateur, Ahmed Hirsi, dit le tribalisme n’était pas un problème en Somalie jusqu’à ce que les conflits tribaux ont resurgi au cours de la guerre civile.

« Nous avons vu des parents, des jeunes qui se font violer devant nous par des membres d’autres tribu, tué par un autre tribu », a déclaré Saïdo Said Shaie, une ancienne militante somalienne dans les villes américaines. « Ils ont tué quelqu’un que vous aimiez. Ils ont détruit l’ensemble du pays. Vous ne pouvez jamais oublier ça « .

Quand il avait 12 ans, Hirsi a demandé à sa mère pourquoi ils ont dû fuir. Elle lui a dit que leur maison était sur le territoire d’une autre tribu de sorte qu’ils ont dû trouver un autre endroit pour vivre.

« Ça me gênait, parce que nous étions tous avec les mêmes – même langue, même religion, tout», a déclaré Hirsi. « Mais il y a encore ce tribalisme qui se répand. C’est une maladie.  »

Hirsi espère que la conférence de réconciliation mènera à d’autres discussions de la communauté. Il a recruté des chefs religieux et des représentants du gouvernement pour l’événement.

Aussi une activiste qui se fait remarquer sur la scène est membre du mouvement anti-tribalisme, basé à Londres. Elle a été fondée sur l’idée qu’aucune tribu ne devrait dégrader ou discrimination contre d’autres tribus, dit Bishara Mohamud, un membre qui a voyagé du Royaume-Uni pour l’événement.

Depuis la création de l’ATM en 2010, Bishara Mohamud dit : «  elle a vu une augmentation de l’inégalité sociale dans les communautés d’expatriés en Amérique du Nord et dans la Scandinavie. Elle a dit quand les somaliens ont fui la guerre, ils ont ramené avec eux l’esprit du tribalisme. »
Pour Hirsi, c’est une ironie déprimant.

« Le tribalisme est en fait la raison pour laquelle nous sommes ici,» dit-il.


 Share

Share this post:

Recent Posts

Comments are closed.