Djibouti : Le dictateur Ismaël Omar Guelleh aurait rechuté…cet après-midi

IOG - cercueilC’est contre toute-indication médicale de ses médecins de l’Hôpital militaire du Val-de-Grâce qui l’ont opéré que Monsieur Ismaël Omar Guelleh a choisi de rentrer précipitamment à Djibouti, au palais de Haramous. Pourquoi cette soudaine précipitation ? Parce que son épouse et ses proches se disputaient son héritage à couteaux tirés.

Il fallait donc symboliquement être là pour préserver son pouvoir : il est dans la mentalité d’un tyran de ne pas céder une miette de son pouvoir quel qu’en soit le prix. Dans cette inconscience, Monsieur Ismaël Omar Guelleh aurait rechuté cet après-midi. Les membres de son sous clan se seraient tous rendus à son chevet mais l’accès leur a été, pour l’instant, refusé par la Première Dame qui poursuit ses propres calculs.

Une chose est sûre : la situation se serait particulièrement aggravée pour qu’il justifie d’un nouveau rapatriement sanitaire vers Paris. La rééducation tant rêvée a malheureusement volé en éclats. Monsieur Guelleh fait la douloureuse expérience des affres de la souffrance. Ses fidèles commencent à désespérer depuis cet après-midi.

Le dictateur en béquilles a fait une apparition furtive avant-hier après-midi et était en tous points semblable à Bouteflika, le Président Algérien, un autre mort vivant qui se cramponne au pouvoir malgré le spectacle pitoyable offert à son peuple ! Monsieur Guelleh est demeuré aphasique et avait l’air hagard.

Face à l’échec de la médecine moderne, ses proches ont fait appel la médecine maraboutique en vogue auprès des dictateurs africains en convoquant une cohorte de sorciers soudanais qui se sont précipités sur leur ruche. Il est bien connu que l’odeur de la mort attire toujours les vautours.

De là à dire que les marabouts peuvent tenter le miracle, il n’y a qu’un pas à franchir. Cependant, il n’est pas interdit d’espérer, pour ses proches, qu’il se rétablisse un jour.

Sans attendre ce rétablissement, le peuple Djiboutien a d’ores et déjà enterré la dictature, ses symboles, ses rites claniques, son idéologie tribale et ses pratiques mafieuses.

Guelleh appartient désormais au passé…

Houssein IBRAHIM HOUMED


 Share

Share this post:

Recent Posts

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :