Afrique : Pour éclairer le continent, L’USA dotera l’Afrique des réacteurs nucléaires de poche

Carte du monde et l’électricitéLes Etats-Unis, dans le cadre de leur politique d’appui au secteur énergétique africain, ont décidé de faire subir une formation à des experts nucléaires africains et de signer des accords pour la fabrication de petits réacteurs nucléaires qui pourraient résoudre définitivement les pénuries d’énergie dans le continent d’ici à 2023, d’après le secrétaire américain à l’Energie, Ernest Moniz, en visite dans la capitale éthiopienne, ce mercredi. M. Moniz, qui est en tournée dans le continent pour promouvoir l’initiative de Barack Obama pour le développement du secteur énergétique dans le continent, à savoir le “Power Africa initiative », a déclaré que son département, en dehors des projets d’exploitation du gaz naturel africain, est aussi intéressé à la promotion de l’énergie nucléaire dans le continent afin de mieux lutter contre les pénuries énergétiques. « Les discussions avec nos collègues africains ont porté sur les voies et moyens à utiliser pour développer la capacité humaine requise pour les programmes nucléaires. Nous sommes heureux de prendre part à ces discussions portant sur » les petits réacteurs nucléaires » dont la matérialisation dans le continent pourrait réduire la facture et les coûts de l’électricité », a déclaré le secrétaire américain à l’Energie, Ernest Moniz, au cours de la rencontre sur « l’énergie » entre les Etats-Unis et l’Afrique.

Les discussions qui se tiennent présentement à Addis-Abeba, rappelle-t-on, ont largement porté sur les stratégies à mettre en œuvre par les Etats-Unis pour permettre l’accès à l’énergie à plus de 240 millions de personnes se trouvant dans le continent, particulièrement en Éthiopie, au Ghana, au Kenya, au Nigeria, au Liberia et en Tanzanie, par la mise sur pied d’un plan d’électrification dénommé « Beyond the Grid »  qui intervient principalement et de manière prioritaire, dans les zones rurales. Le secrétaire américain à l’Energie a dévoilé que son département était en train de fournir de l’assistance à deux entreprises privées pour la construction de deux réacteurs nucléaires qui pourraient résoudre les problèmes d’électricité. Pour rappel, l’Union africaine avait averti la semaine passée, les pays africains qui ont des projets d’installation de centrales nucléaires d’attendre le feu vert de l’UA pour ne pas s’engager dans cette entreprise coûteuse qui peut à la longue causer des problèmes financiers aux Etats concernés.

Des inquiétudes par rapport aux problèmes de sécurité que pourraient engendrer la recherche de l’énergie par la mise sur pied de réacteurs nucléaires et des potentiels désagréments  causés à l’environnent par les réacteurs nucléaires, sans oublier la consommation excessive de gaz carbonique qui entraîne des conséquences fâcheuses sur le changement climatique, ont été signalées durant cette rencontre sur « l’énergie ». En prenant la parole pour rassurer les participants africains à la rencontre, l’officiel américain a déclaré que l’installation de petits réacteurs nucléaires de 50 et 200 mégawatts construits dans les usines et placés en sous-sol,  pourraient être plus sûrs à utiliser et pourraient révolutionner la capacité de production en énergie  des Etats africains. Des pays africains tels que le Nigeria, le Kenya, la Namibie, ont annoncé leur intention d’explorer l’énergie nucléaire en mettant sur pied des projets dans ce sens.

Panapress


 Share

Share this post:

Recent Posts

Comments are closed.