Djibouti : Une mission du MAEP attendue à Djibouti le 24 mai 2015 irrite le régime de Guelleh mais excite l’opposition

MAepLe Mécanisme Africain d’Evaluation par les Pairs (MAEP) va dépêcher à Djibouti, le 24 mai, une mission d’évaluateurs qui séjournera dans ce petit pays de la Corne d’Afrique jusqu’au 7 juin, a annoncé dimanche le secrétaire nationale du Bureau du MAEP de Djibouti, Abdoulkarim Aden Cher.

Cette mission composée d’experts en gouvernance politique, démocratique et économique est conduite par Joseph Tsang MangKin, écrivain et ancien ministre de la Culture de l’île Maurice.

Le séjour à Djibouti des évaluateurs du MAEP s’inscrit dans le cadre de la deuxième phase de ce processus d’autoévaluation que Djibouti a entamée depuis 2007.

Selon M. Cher, durant deux semaines, les experts du MAEP vont sillonner le territoire djiboutien à la rencontre de la société civile pour recueillir les doléances des Djiboutiens sur les quatre secteurs d’évaluation du MAEP, à savoir démocratie et gouvernance politique, gouvernance économique, gouvernance des entreprises et développement socio-économique.

« Il s’agit, pour les experts du MAEP, de recueillir directement à leur niveau ces doléances afin de les comparer au contenu du document d’autoévaluation réalisé par la commission nationale djiboutienne du MAEP », a-t-il dit.

Les évaluateurs du MAEP vont également rencontrer les décideurs politiques, les élus du peuple et les représentants de la justice ainsi que les autorités coutumières et religieuses.

Sont prévues aussi des rencontres avec les acteurs du secteur privé, la commission nationale électorale, et la commission nationale de la communication.

La période de la visite de ces évaluateurs coïncide bizarrement à la période souhaite par le régime mafieux de Djibouti mais une exaspère beaucoup le clan RPP, une réunion de ces experts continentaux avec les partis de l’opposition et des organisations de droits de l’homme du pays. Les ministères de la justice, de l’intérieur, des affaires étrangères et le chef de la police politique ont la lourde tâche de préparer des opposants et des défenseurs des droits de l’homme de substitution.

Le MAEP, auquel ont adhéré 23 Etats, est une initiative novatrice et ambitieuse des gouvernements africains visant à procéder à toute une gamme d’évaluation de la totalité des aspects de la gouvernance de leurs systèmes politiques, économiques, d’ entreprise et de développement socio-économique.

Adopté en mars 2003 à Abuja, au Nigéria, le MAEP a pour fonction d’encourager les États à mettre en place des politiques, des normes et des pratiques qui mènent à la croissance et à la stabilité économique, au développement durable et à l’intégration sous régionale et continentale.

Xinhua + Hassan Cher

 


 Share

Share this post:

Recent Posts

Comments are closed.