Ethiopie : États-Unis demande instamment à l’Ethiopie et l’Egypte à reprendre les négociations sur le barrage hydroélectrique du RGO

egypte maps flag-ethiopia maps flagLa Secrétaire d’État adjointe aux affaires africaines des Etats-Unis, Linda Thomas – Greenfield a déclaré que le gouvernement des États-Unis accorde beaucoup d’attention au Grand barrage éthiopien Renaissance Dam (RGO), que l’Egypte mène une compagne pour mettre fin à sa construction.

La Secrétaire a admis que le gouvernement américain a tenu des « discussions intensives avec les deux parties  » et les a exhortés à régler leurs différends.

Lors d’une conférence de presse en ligne qui s’est tenue mercredi dernier en mettant l’accent sur ​​l’engagement des États-Unis à l’Afrique subsaharienne, la secrétaire d’État adjoint a discuté de diverses questions avec des journalistes africains allant du récent voyage du Secrétaire John Kerry en Afrique pour les questions tournant autour du prochain Sommet des leaderships Afrique.

Parmi quelques-unes des questions que le secrétaire adjoint a répondu, était que l’administration à Washington est « préoccupé  » en raison des arbitrages entre les gouvernements éthiopien et égyptien concernant le barrage RGO. «Nous avions fait des discussions intensives avec les deux parties sur cette question », dit-elle.  » Et notre position est, qu’ils parlent et communiquent entre eux afin qu’ils règlent leurs différends », a expliqué Thomas – Greenfield.

La négociation tripartite entre l’Ethiopie, le Soudan et l’Egypte qui aurait été prévu de mettre en œuvre les recommandations du Groupe international d’experts (IPoE) sur le barrage a été suspendu après les deux premières parties n’ont pas réussi à réduire leurs divergences et, par conséquent le compromis continué.

Le secrétaire a insisté pour que les deux pays reprennent immédiatement les négociations pour un bénéfice mutuel. «Nous savions que certains pourparlers ont eu lieu et nous les encourageons à continuer à avoir plus de discussions afin qu’ils puissent trouver une solution qui profite aux deux parties », a déclaré Thomas – Greenfield. C’est la première fois dans une période de trois ans que le gouvernement américain a exprimé sa préoccupation sur la détérioration des relations de plus en plus dangereuse entre les deux parties, l’Ethiopie et l’Egypte.

Situé à l’ouest d’Addis-Abeba dans le Metekel Zone, région de Benishangul Gumuz – de l’Ethiopie, à 42 km de la frontière éthio- Soudan, le barrage RGO est l’un des plus grands projets de barrages hydroélectriques en Afrique.

Foiré par l’instabilité politique interne, les médias de l’Egypte et du gouvernement ont des préoccupations exprimées à plusieurs reprises contre le barrage, de peur que, après l’achèvement du barrage, il diminuer le volume de l’eau qu’il avait l’habitude de recevoir, qu’elle considère comme  » un droit inhérent à l’usage exclusif  » du Nil.

Enfin, la direction a menacé de recourir à l’usage de la force militaire comme une mesure finale d’arrêter la construction. Le gouvernement éthiopien a toutefois insisté sur son droit de développer ses ressources naturelles et croit que le barrage ne ​​serait jamais affecter de manière significative la part de l’eau des pays en aval.

La conférence vidéo qui a regroupé plusieurs journalistes du monde ensemble – à travers la facilitation des ambassades américaines à travers le continent – a également été l’occasion pour Thomas – Greenfield à répondre à plusieurs questions sur la politique étrangère des États-Unis vers l’Afrique sub-saharienne et l’actualité qui ont été directement traité avec elle. Sur le prochain sommet des dirigeants africains qui devrait avoir lieu à Washington en Août, elle a énuméré les pays africains exclus d’office, l’Érythrée, le Zimbabwe, le Soudan et la République démocratique du Congo (RDC), qui ont été interdit de participer.

Sur le conflit actuel au Soudan du Sud, la secrétaire a nié l’allégation selon laquelle le président Salva Kiir a été forcé par Hailemariam Desalegn, PM de l’Ethiopie, de signer l’accord. Elle a exhorté la mise en œuvre immédiate de l’accord, avertissant les deux dirigeants seraient passibles de sanctions du Conseil de sécurité des Nations Unies et des États-Unis.

Au cours de la discussion en ligne, le secrétaire adjoint a également réaffirmé l’engagement de son gouvernement à l’Afrique, en particulier pour aider à trouver les écolières nigérians enlevés par Boko Haram, et a déclaré que le gouvernement américain  » continuer à travailler en étroite collaboration avec « l’AMISOM à extirpâtes Al- Shabab en Somalie.

En ce qui concerne les journalistes et blogueurs emprisonnés, Thomas – Greenfield a dit,  » Nous avons soulevé cette question au gouvernement, nous voulons que le gouvernement libère ces individus qui ont été arrêtés et s’il y a des enquêtes qui se déroulent, nous les encourageons à accélérer les enquêtes en place de sorte que ces journalistes peuvent bénéficier d’une procédure régulière. Nous croyons que l’espace politique doit être ouvert et la liberté de la presse est supporté de façon que l’Ethiopie peut continuer à fournir une atmosphère qui permet à tous ses habitants de faire partie du progrès qui se déroule », a conclu Thomas – Greenfield.

HCH


 Share

Share this post:

Recent Posts

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :