Djibouti / Somaliland : Qui veut la mort d’Ahmed Osman Guelleh Arab en fuite dans son pays natal, la Somaliland ?

Djibouti / Somaliland : Qui veut la mort d’Ahmed Osman Guelleh Arab en fuite dans son pays natal, la Somaliland ?

Ad

Monsieur Ahmed Osman Guelleh Arab, né à Dire-Dawa, est un Somalien de l’Éthiopie, du clan Arab/Isaaq. Il est naturalisé vers les années 1987 à son arrivée à Djibouti. Monsieur Ahmed Osman Guelleh Arab fut embauché à l’entreprise « Inchcape Shipping Service Djibouti ». Dans son travail à cette entreprise, Ahmed Osman a pu tisser des relations avec le parrain et la marraine de la mafia djibouto-somalienne.

Le père d’Ahmed OSMAN avait déjà une petite fortune estimée à un million de dollars US. Ahmed Osman Guelleh Arab a pu fructifier la fortune de son père grâce à des marchés qu’Ismaël Omar Guelleh, le parrain, et Kadra Mahamoud Haïd, la marraine, lui avaient attribués de gré à gré. En contrepartie, Ahmed Osman a servi la mafia djibouto-somalienne. Il a participé des blanchiments d’argent et trafic des produits illicites d’après des sources dans la garde républicaine.

Vers 2010, une mal-entendue s’est installée entre Ahmed Osman Guelleh Arab d’un côté et Kadra Mahamoud Haïd et Mohamed Said Guedi de l’autre côté. Feu Djama Mahamoud Haid est intervenu dans cette histoire et avait calmé la situation, mais la mafia avait monté un sale dossier contre Ahmed Osman Guelleh Arab. Dans ce dossier Ahmed Osman est accusé des trafics d’armes et Ismaël Omar Guelleh a envoyé ce dossier d’accusation à différents services des renseignements occidentaux.

Fin 2014, Ismaël Omar Guelleh, le président de Djibouti, a chargé Ahmed Osman Guelleh Arab de construire une usine de lait au fils du président Guelleh, le petit Aïnache Ismaël Omar. Ahmed Osman construit l’entreprise de production laitière connue sous l’appellation de « DOUDA TAZWID INDUSTRIES (D.T.I) », mais plus connue par son surnom de « Caano Qasab » qui signifie, dans la traduction de la langue française, le lait dont nous sommes obligés à boire.

Début 2017, les Underboss, Hassan Issa Sultan, l’Inspecteur général d’État de Djibouti, et Mohamed Saïd Guedi, patron de MSG Group, des Habar-Awale/Isaaq comme Kadra Mahamoud Haid, informent discrètement à Ismaël Omar Guelleh que Ahmed Osman détourné l’argent et les machines destinés à la construction de DOUDA TAZWID INDUSTRIES.

Le mois de mai 2017, le président de la République de Djibouti, Ismaël Omar Guelleh, ordonne à Hassan Issa Sultan de faire un audit sur DOUDA TAZWID INDUSTRIES. Ahmed Osman apprend de la part de son ami Mohamed Djama Doualeh de la garde républicaine que quelque chose se tramait sur son dos. Ahmed Osman Guelleh Arab et Gavin Dehning, un indien, premier directeur de DOUDA TAZWID, s’enfuit vers Hargeisa.

Le 27 août 20017, le procureur de la République, monsieur Aïd Ahmed Ibrahim, requiert l’ouverture d’une information judiciaire à l’encontre de monsieur Ahmed Osman Guelleh Arab et Gavin Dehning, pour détournement des biens et de l’argent appartenant à DOUDA TAZWID entre 2014 jusqu’en mai 2017.

Madame Kadra Mahamoud Haïd, Ismaël Omar Guelleh et Aïnache Ismaël Omar accusent monsieur Ahmed Osman Guelleh Arab d’avoir détourné les biens estimés à 817 460 dollars US et tous ces fonds ont transité par la Bank-Of-Africa.

Vu que le directeur de DOUDA TAZWID et Ahmed Osman Guelleh Arab se sont enfui et que la société ne fonctionnait pas, le fils d’Ismaël Omar Guelleh, comme un enfant qu’on a arraché ses jouets, s’acharne sur les autres cadres indiens de l’entreprise DOUDA. Il a mis en prison trois cadres indiens qui travaillaient pour DOUDA TAZWID.

Plus grave, Aïnache Ismaël Omar a violé un cadre indien avec les concours de cinq membres de la garde républicaine. Des documents qui sont à notre possession confirment les harcèlements sexuels que les cadres indiens ont subis à Djibouti et de la part du fils d’Ismaël Omar Guelleh, Aïnache Ismaël Omar et des membres de la garde républicaine, dirigée par Mohamed Djama Doualeh.

Après un premier mandat d’arrêt que la justice djiboutienne a émis contre Ahmed Osman Guelleh Arab, c’est au tour de la justice somalilandaise de valider le mandat d’arrêt djiboutien. Le ministre de la Justice somalilandais, monsieur Abdiqani Mahamoud Ayenteh, du clan Mamasan/Issa, a émis un mandat d’arrêt le 25 mars 2019 contre Ahmed Osman Guelleh Arab.

Bien que Djibouti et Somaliland n’ont pas d’accord judiciaire sur les transferts des accusés ou personnes poursuivi par la justice, Mohamed Saïd Guedi, un important membre de la mafia djibouto-somalienne clan Habar-Awale/Isaaq, patron de MSG Group a financé les juges et magistrat de Hargeisa afin que les caprices du petit Aïnache, fils du parrain de la mafia, soient exhaussés.

Aujourd’hui, le ministre djiboutien de l’Intérieur et des officiers se sont déplacés à Hargeisa pour discuter avec Muse Bihi des possibilités existent s’il est question d’utiliser la force pour arrêter Ahmed Osman Guelleh Arab.

D’après, des sources de la garde républicaine, Ismaël Omar Guelleh et son épouse Kadra Mahamoud Haïd ont ordonné à Mohamed Saïd Guedi, clan Habar-Awale/Issaq, et le colonel Mohamed Djama Doualeh, Bah-fourlaba/Mamasan, commandant de la garde républicaine, de financer l’assassinat d’Ahmed Osman Guelleh Arab.

L’acharnement du couple Guelleh/Kadra contre Ahmed Osman Guelleh Arab prouve que ce dernier n’est pas poursuivi pour des biens détournés, mais plutôt pour des secrets qu’il détient et qu’il menace de les divulguer suremment.

Si tu rentres dans la mafia, tu dois y rester jusqu’à la mort ou tu es une menace à abattre.

À suivre…

Hassan Cher


 Share
Ad
Authored by: Hassan Cher Hared

Hassan Cher Hared