Ethiopie : L’Ethiopie compte développer le nucléaire civile et militaire avec l’aide de la …

Ad

Sergueï Lavrov, le ministre des Affaires étrangères de la Russie devrait se rendre en Angola, au Zimbabwe, au Mozambique, en Namibie et en Éthiopie la semaine prochaine. Il sera en Ethiopie du 8 au 9 mars. Au cours de sa visite, M. Lavrov rencontrera le Premier ministre par intérim, le président Mulatu Teshome (PhD), la ministre des Affaires étrangères Workneh Gebeyehu (PhD) ainsi que le président de la Commission de l’Union africaine Moussa Faki Mahamat.

La Russie a toujours veillé sur la pérennité des relations amicales établies de longue date avec l’Éthiopie, 120 ans de relations diplomatiques. Symboliquement, la visite a lieu l’année qui marque le 120e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques

À l’occasion de cet anniversaire seront organisés tout au long de l’année. Des conférences scientifiques auxquelles participeront d’éminentes personnalités politiques et publiques, ainsi que des manifestations culturelles et des expositions de documents d’archives, sont prévues à Moscou et à Addis-Abeba.

Au cours de la visite Sergey Lavrov les discussions détaillés avec les dirigeants éthiopiens porterons sur les moyens de renforcer la coopération bilatérale en mettant l’accent sur le commerce, l’économie et les investissements. Des projets communs aussi seront sur la table des discussions, notamment dans le secteur de l’énergie, y compris l’énergie nucléaire. Parmi les domaines prometteurs figure l’aide de la Russie à l’Éthiopie pour la construction de ses propres capacités scientifiques et de recherche dans le développement des sciences fondamentales et appliquées. Plus précisément, la Russie prévoit de créer un centre éthiopien pour la science et les technologies nucléaires basé sur un réacteur de recherche conçu par la Russie.

Ce dernier projet Russo-éthiopien de développement des capacités nucléaires dans la région de l’Afrique de l’Est fut un séisme diplomatique dans les pays de la région et chez puissances occidentaux. L’Érythrée, l’Egypte, la Somalie, le Kenya, l’Ouganda et le Soudan sont les premiers à démontre leurs inquiétudes à l’égard des ambitions nucléaire d’Addis-Abeba.

Les pays du golfe arabique tiendront bientôt une réunion à huit clos sur le projet nucléaire de l’Ethiopie et les puissances occidentaux voient mal comment le pouvoir central d’Addis-Abeba pourra sécuriser une centrale nucléaire alors qu’il est obligé d’instaurer l’état d’urgence devant les révoltes populaires qui secouent le pays depuis  4 ans bientôt. Les produits nucléaires ou technologie pourra tomber dans les mains des groupuscules extrémistes et être utilisé à des fins terroristes.

L’autre question que se posent les pays de la région de la corne de l’Afrique est dans quelle région sera installée la centrale de recherche nucléaire.

À suivre…

Hassan Cher


 Share
Ad
Authored by: Hassan Cher Hared

Hassan Cher Hared

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.