Ethiopie : Ahmed Abdi, journaliste indépendant reçoit des menaces de mort de la part d’un général de l’armée éthiopienne

Ahmed  AbdiAhmed Abdi, journaliste indépendant de l’Ogaden a reçu des menaces de mort sur son compte Facebook mardi du compte Facebook du général éthiopien, Gabre Heard.

«Je ai reçu une menace de mort sur Facebook. Ce n’est est pas la première fois que je ai reçu une menace de mort de la part d’un fonctionnaire éthiopien ou djiboutien, mais pour recevoir cette fois du général Gabre Heard, qui est le commandant en chef des forces éthiopiennes et sert aussi de superviseur de l’IGAD sur la paix en Somalie et du Comité de réconciliation semble inhabituel « , a-t-il dit sur son compte twitter.

Le journaliste indépendant, qui est basé au Yémen a été écrit plusieurs articles sur les conflits d’Ogaden et activités extrémistes en Somalie.

Il a dit qu’il a eu un message Facebook, un message direct émanant du Facebook de général Gabre Heard mais les menaces ne devrait pas l’empêcher à faire son travail, mais serait un encouragement prouvant que son travail est noble.

Au début de cette année, le général Gabre a envoyé une demande d’ami au journaliste, mais M. Abdi a refusé après qu’il ait réalisé qui s’agit du compte de général Gabre Heard.

C’était juste mardi soir quand Mr. Abdi est tombé sur une note qui dit, « L’Ethiopie va vous tuer » .Abdi y répond au général éthiopien en disant, « Il y a un endroit que se nomme l’Éthiopie, mais l’Abyssinie. »

M. Abdi a ajouté, « l’Éthiopie ne respecte pas les droits des journalistes de faire leur travail sans crainte d’une arrestation ou des méfaits. Je suis un journaliste en exil et je ne m’inquiète pas des intimidations ».

Au cours des deux dernières années, M. Abdi a publié une énorme série de publications sur des dizaines de sites web locaux, régionaux et internationaux et son travail doit vraisemblablement perturber le général éthiopien et le régime dont il sert.

Abdi a publié un article sur les réfugiés somaliens de l’Ogaden qui ont été arbitrairement détenus et extradé en Ethiopie par le gouvernement de Djibouti le 22 janvier 2011 avec le concours de waagacusub médias.

Il a détaillé dans cet article sur le programme d’extraditions des ogadeniens innocents, publication qui a énervé le régime mafieux de Guelleh de Djibouti et lui a finalement envoyé une menace de mort via Facebook. Il a dit qu’il ne pouvait pas entrer à Djibouti tant que le président Ismail Omar Guelleh est à la tête de Djibouti.

Source: Waagacusub médias


 Share

Share this post:

Recent Posts

Comments are closed.