Egypte, Ethiopie et Soudan : signent aujourd’hui un accord sur le barrage controversé et l’utilisation de l’eau du Nil

le 23 mars 2015

le 23 mars 2015

Les dirigeants du Soudan, de l’Egypte et de l’Ethiopie ont signé lundi 23 mars 2015 un premier accord de coopération sur le barrage hydroélectrique controversé du Grand éthiopienne Renaissance Dam (DIRD) dans le but de résoudre un litige sur les ressources régionales en eau.

Le président soudanais Omar al-Bashir, le président égyptien Abdel Fattah al-Sisi et le Premier ministre éthiopien Hailemariam Desalegn ont paraphé le document à Khartoum.

« Aujourd’hui, nous avons franchi une étape importante en signant l’accord sur la déclaration de principes sur le Grand éthiopienne Renaissance Dam », a déclaré Desalegn au Palais présidentiel à Khartoum.

« Cette déclaration de principes est le fondement sur lequel nous allons baser nos futurs accords, » a-t-il noté.

Il a réitéré l’engagement de son pays aux avantages mutuels avec le Soudan et l’Egypte, jurant de ne pas causer un préjudice à aucun parti.

« L’Ethiopie s’est engagée à une véritable coopération entre les trois pays et leurs peuples. Être ici pour signer la déclaration de principes confirment la volonté et l’engagement des prestations et de la coopération entre les trois pays frères de l’Ethiopie », a déclaré Desalegn.

« Je tiens à assurer le peuple égyptien et le peuple du Soudan que cette construction (du RGO) ne causera pas de préjudice important pour les peuples de nos trois pays, et en particulier à la population de l’Egypte, » il a ajouté.

Le président soudanais Omar al-Bashir a, de son côté, réitéré le souci de son pays de poursuivre les négociations pour parvenir à des accords détaillés pour compléter le document de la déclaration de principes sur la DIRD.

« Nous devons continuer à parvenir à un accord complet détaillant ce qui a été inclus dans la déclaration de principe, » a dit Bashir.

Il a exprimé sa confiance que la coopération était le seul moyen de parvenir à des accords entre les peuples du bassin du Nil, en disant « sans la coopération, la possibilité d’une vie décente pour les peuples des pays du Bassin du Nil sera inatteignable ».

Le président égyptien Adel Fattah al-Sisi a souligné que la signature de ce document constituait une première étape nécessaire à des accords détaillés, en disant « nous sommes impatients de voir cet accord se transformer en faits tangibles dès que possible ».

Il a réitéré l’importance de la volonté politique de mettre en œuvre ce qui a été convenu, notant que « nous pouvons signer de nombreux accords, mais la volonté de les mettre en œuvre reste la base de tout accord ».

Les trois pays ont conclu un accord de principes le début du mois de mars sur le partage de l’eau du Nil et la construction de la DIRD qui inquiète les deux pays en aval, l’Egypte et le Soudan.

Le texte du document n’a pu être obtenu à ce jour. Cependant, selon les rapports des médias, l’accord inclus des principes directeurs et des garanties qui préservent les intérêts des trois pays, en particulier les intérêts de l’Egypte et du Soudan.

L’accord constitue aussi une base pour la coopération dans la période à venir, à savoir en ce qui concerne le renforcement des relations bilatérales, renforcer la confiance mutuelle, l’échange d’informations, le développement et l’intégration économique.
L’accord stipule également que l’Ethiopie respectera les résultats des études à mener sur le RGO ainsi que l’engagement des trois pays pour parvenir à un accord sur les règlements concernant le remplissage du barrage et son fonctionnement annuel à la lumière des études.

L’accord stipule en outre la coordination permanente entre les trois pays sur les opérations du barrage d’une manière qui garantit que les intérêts des pays en aval ne seront pas lésés.

Le RGO, s’étendant sur une superficie de 1800 km carrés, est prévu pour être achevé dans un délai de trois ans à un coût de 4,7 milliards de dollars.

Hassan Cher


 Share

Share this post:

Recent Posts

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :