Erythrée : le service militaire obligatoire d’Isaias Afeworki fut la source de la misère et d’une vaste émigration…

Isaias Afeworki, le président de l’Erythrée

Quand Isaias Afeworki, le président de l’Erythrée, a introduit le service militaire obligatoire en 1995, il disait qu’il serait bon pour la nation émergente comme la leur. La conscription était censée créer une génération disciplinée, travailleuse, renforcer l’armée et susciter la fierté nationale. Près de 20 ans plus tard, un rapport révèle que des milliers d’Érythréens fuient leur pays chaque année principalement pour éviter le projet, qu’elles assimilent à de l’esclavage.

Les exigences de service national sont dures. Toute personne de moins de 50 ans est enrôlée pour une période indéterminée. Environ une vingtaine d’Erythréens vivent dans de vastes casernes dans le désert ou région isolés du pays. Ils travaillent sur des projets de reconstruction, comme la construction de routes, et ne gagnent pas plus de 30 $ par mois. Ils ne peuvent pas aller à l’université ou obtenir un emploi formel, sauf si elles ont été officiellement libérées de son service militaire. Depuis que la mobilisation devenue plus large en 1998, la libération peut dépendre du bon vouloir arbitraire d’un chef, et prend généralement des années.

Dans la première étude sur l’impact du service national en Erythrée, le professeur Gaim Kibreab, de Londres South Bank University, interviewé 215 anciens conscrits. Ils ont servi une moyenne de six ans et demi, même si certains étaient en uniforme pour plus de deux fois plus longtemps, avant de s’enfuir à l’étranger.  » Le gouvernement a tien en otage la jeunesse », dit l’un.  » Vous ne pouvez pas reconstruire un pays sur le travail forcé.  » D’autres ont décrit les commandants des camps  » des individus cruels et corrompus» qui «demande des faveurs sexuelles pour un biscuit » et menacent de tuer les conscrits qui ne suivent pas les ordres.

La mobilisation sape l’économie fragile. Environ 80 % de la population sont des agriculteurs mais beaucoup sont absents au moment de la culture et c’est pour ça que les récoltes ne répondent pas régulièrement aux besoins alimentaires de la nation. Certaines personnes interrogées ont eu sept frères et sœurs dans l’armée. « Mes parents ont souffert de la pauvreté et de la dépression comme nous étions tous au service national,  » dit l’un. Les pénuries de main-d’œuvre ont augmenté le prix des produits manufacturés, ce qui en fait parmi les plus chers en Afrique. Les ressources sont systématiquement détournées pour l’armée.

Des grossesses non désirées chez les femmes célibataires. Une fois mères, elles sont généralement dispensées de projet. Les érythréens ne peuvent pas quitter le pays sans l’autorisation du gouvernement. Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés estime à environ 2.000 les évasions illégales de chaque mois via le Soudan ou l’Ethiopie.

La dissidence est interdite et les élections inexistantes. Le mois dernier, le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies a signalé que les libertés fondamentales ont été réprimées dans le pays et ont condamné l’usage de la torture, les disparitions forcées et les détentions arbitraires. M. Afeworki défend sévèrement son régime tandis que l’Erythrée représente une « menace à la sécurité de l’Ethiopie voisine. » Un différend frontalier entre les deux pays n’est pas encore résolu.

L’armée de l’Érythrée est aujourd’hui l’un des plus importantes en Afrique, mais aussi le moins motivée.  » Les cœurs et les esprits des soldats sont ailleurs, pas en Erythrée « , a déclaré un ancien soldat.  » Une grande majorité passe leur temps à la planification de leurs fuites, et à la rêverie. Une force de défense ne peut pas être construite par des rêveurs «.

Hassan Cher

Share this post:

Recent Posts

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :