Djibouti : Les jeunes d’Ali-sabieh traités comme des produits jetables pour la période des élections

Comme à leur habitude, les barons du régime ont promis monts et merveilles depuis la campagne électorale du mois de février 2013.

Chaque Campagne a été l’occasion d’ouvrir des usines virtuelle au Sud, des promesses alléchantes visant uniquement à attirer des voix à l’UMP. Il ne plus question des projets de développement mais en plus la population d’Assajog a perdu le peu qu’ils avaient et ont soif. La pauvre usine des Eaux Iljano ne produise plus  et ses salariés n’ont pas été payés durant plusieurs mois. Récemment ils s’étaient incarcérés à Nagad parce qu’ils ont réclamé leur salaire.

L’usine de cimenterie ferme ses portes lorsqu’Ilyass Moussa Dawaleh a signé un contrat avec une cimenterie de Diré-dawa.

Des nombreux jeunes  au chômage ont été recruté pour soit disant renforcé l’administration et ont cru trouvés là un emploi digne de ce nom .Ils ont vite déchanté parce que d’une part ils se sont rapidement aperçus que leur situation présentait toutes les caractéristiques du travail temporaire et d’autre part, une insistante rumeur s’est mise à circuler, annonçant qu’ils seront renvoyés   une fois les élections terminées.

Cette rumeur est d’ailleurs déjà devenue réalité pour beaucoup d’entre eux .C’est le cas des 53 jeunes renvoyés par le ministère de la santé .A peine ont-ils été recruté que déjà ils ont été remerciés et en accru le rang  du chômage. ‘C’était juste pour la campagne : dira l’une des dames du régime de la ville d’Ali-sabieh »

Pénible situation ou les victimes sont d’abord bernées puis utilisés comme des objets jetables pour les besoins de telle ou telle campagne électorale et  sacrifiées à la suite au profit de gens proches du régime par leurs liens de parentés ou autres.

C’est l’essence de l’UMP qui se reflète, un appareil d’oppression  fort pour détruire mais incapable de bâtir.

 

Saad Ali Awaleh

 

Share this post:

Recent Posts

Comments are closed.