Djibouti : Gabode, centre de tortures ou Sheraton hôtel d’après Ali Farah Assoweh ?

Saad Ali Awaleh

Selon des observateurs, Ali Farah Assoweh, ministre de la justice, aurait déclaré dans une interview en langue somali, qu’il a accordée début juin 2013 au VOA, que l’on pouvait comparer les conditions de vie de Gabode à celle d’un grand hôtel, comme le Sheraton de Djibouti.

Si elle ne cachait pas la misère des détenus de Gabode, cette déclaration (dans la mesure où elle est confirmée) prêterait sourire. Aucun pays au monde n’entend offrir à ses détenus des conditions de vie dignes d’un hôtel de grand luxe. Alors à Djibouti ?

C’est probablement l’inverse : les conditions des détenus sont effroyables. Le pire est réservé aux locataires de la célèbre cellule 12. Pas d’aération, pas d’eau, pas de toilettes (les détenus doivent faire leur besoin  sur le sol même?

La cellule, son odeur  ne permettent pas à un détenu à dormir ou mangé: il doit sans cesse se recroqueviller … Bref, des conditions dignes de pires sévices infligées au moyen âge dans certains centres de détention…

Ajoutons à cela, qu’il arrive que des serpents se faufilent dans les cellules et qu’ils mordent les détenus.

Puni pour avoir tenté de protéger un détenu en février 2012 de l’agression d’un officier de la Police nationale.

Cela s’est produit en février 2012. La reconstitution a été organisée au sein de la caserne de la Police nationale FNP et a permis de vérifier les faits et les auteurs.

Un officier de la Police nationale a agressé l’un des deux détenus (nldr). Mes subordonnés de la garde pénitentiaire m’ont informé des faits et je me suis interposé. L’officier s’est alors adressé à moi pour me menacer et de me frapper puisque je m’étais interposé.

Aussitôt j’ai averti mon supérieur direct Ali Aden, qui a participé ensuite à la reconstitution. C’est lui qui a demandé au capitaine en charge de la sécurité Abdallah Mohamed Abdallah de calmer l’officier de la Police nationale.

L’officier en question a simplement refusé d’obéir aux ordres de son capitaine. J’ai demandé à ce que l’officier répète les gestes d’agression du détenu, ce qu’il a fait. J’ai alors conseillé à mon supérieur Ali Aden d’informer le juge d’instruction qui était présent sur les lieux avec le procureur de la République. Comme mon directeur semblait traiter cette affaire avec légèreté on montrant une bonne image au colonel de la Police National, j’ai décidé d’aller informer personnellement la juge d’instruction.

Après avoir informé, le colonel Abdillahi Abdi Farah, Ali Aden Bouraleh, la juge d’instruction Melle Amina et le procureur de la République Maki Abdoulkader, je suis descendu avec Ali Aden qui m’a pris à part pour me dire  »je t’avais dit de me laisser faire ». Pourquoi as tu dis au juge  »?

Ensuite le colonel Abdillahi Abdi Farah s’est précipité sur moi on m’ordonnant de quitter immédiatement la caserne. J’ai demandé au chauffeur de me conduire à la prison mais Ali Aden m’a intimé  l’ordre de rentrer seul et à pieds à la prison…

Le lendemain Ali Aden Bouraleh m’a infligé un avertissement écrit concernant les événements qui se sont déroulés la veille. Personnellement, j’ai contesté la sanction et j’ai rédigé un compte-rendu pour exprimer mon mécontentement et pour confirmer que j’avais fait mon devoir en protégeant un des détenus.

J’ai envoyé ce document à mon directeur avec copie pour information au procureur de la République. Furieux Ali Aden Bouraleh  » Ali Hood » a alourdi la sanction en m’infligeant un arrêt de rigueur de 20 jours pour avoir outrepassé la hiérarchie.

La vie d’un prisonnier n’a pas d’importance aux yeux du régime djiboutien.

Saad Ali Awaleh

documents:

1 – Avertissement-au-S-Lieutenant-Saad-Ali-Awaleh-23_2_2012

2- Compte-rendu-concernant-mon-avertissement-27_2_2012

3 – Notification-dune-mesure-disciplinaire-à-un-officier-3_3_2012

Vidéo:

Share this post:

Recent Posts

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :