Djibouti / Ethiopie : Est-ce qu’Ismaël Omar Guelleh tient en laisse l’Ethiopie avec le service portuaire ?

Est-ce qu’Ismaël Omar Guelleh tient en laisse l’Ethiopie avec le service portuaire ?

La surfacturation du service portuaire rendu à l’Ethiopie par Djibouti risque de faire monter l’inflation dans ce pays enclavé. Le supplément de la facture adressée à d’Addis-Abeba est de  22,5 millions $ par un an.

L’Ethiopie paie déjà  700.000.000 $ par an en frais de port pour le minuscule état de la mer Rouge, qui est sa principale porte d’entrée pour les importations et les exportations, car il a perdu les ports d’Assab et de Massawa lorsque l’Érythrée a obtenu son indépendance en 1991.

Djibouti avait annoncé que la hausse tarifaire prendra effet à la mi- Août. Mais le gouvernement éthiopien dit que la mise en application avait été reporté sine die après que le président djiboutien Ismail Omar Guelleh s’est rendu à Addis-Abeba en Juillet.

Le  secrétaire général adjoint de la Chambres de Commerce et d’association sectorielle d’Addis- Ababa, a déclaré que les nouveaux tarifs avaient été imposés à partir du 1er Décembre.

Une situation qui peut facilement créer une situation inflationniste dans cet état peuplé de 91,73 millions d’individus.

L’Ethiopie va payer à Djibouti un total de  722,5 millions $ pour les services portuaires par an. Nous considérons ceci comme un fardeau énorme et le gouvernement va surement chercher une alternative.

Djibouti a insisté à ce que les nouveaux tarifs rentrent en vigueur  en Aout sous prétexte que les prix du carburant étaient élevés, qui a depuis fortement diminué. Leur argument ne tient pas.

Les fonctionnaires djiboutiens n’étaient pas joignables immédiatement  pour discuter les sujets.

Une délégation de haut niveau du gouvernementales éthiopiennes était en partance pour Djibouti le week-end afin d’exposer leur préoccupation.

Quant aux commerçants éthiopiens, ils sont également préoccupés par une réduction du délai de stockage gratuit dans le port qui est  huit jours, de 15 jours pour les marchandises d’importation et trois jours à  10 jours pour les cargaisons à l’exportation.

L’Ethiopie a neuf navires de marchandises exploités par l’État qui opèrent à partir de Djibouti pour l’Extrême-Orient.

L’Ethiopie a entreprit la construction de deux terminaux à conteneurs à Modjo, 75 km au Sud-Est d’Addis-Abeba, et à Semera, la capitale de la région Afar, 550 km de la capitale de l’état fédéral le long de la principale voie routier au port de la mer Rouge. Le gouvernement éthiopien compte également déployer 500 camions nouvellement importées pour transporter des marchandises.

Hassan Cher

Share this post:

Recent Posts

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :