Djibouti: La dictature de Guelleh se venge toujours sur les civils

IOG _ 2016 - affrontement interethnique - DjiboutiUn jeune ouvrier du port de Tadjourah en chantier, dénommé Houmed Ismail a succombé le 14 février 2016 de suites des tortures subies dans les locaux de la gendarmerie du chef lieu de la région. Il y était détenu avec huit autres civils, également arrêtés à la suite de l’attaque de poste de la gendarmerie à Lac assal au cours de laquelle deux soldats auraient trouvé la mort.

En l’espace de quelques années, Houmed Ismail serait la troisième personne à ne pas sortir vivant de la brigade de la gendarmerie de Tadjourah.
Il est à déplorer que , contrairement à l’ambulance de Marawlé, les victimes de cette gendarmerie ne suscitent jamais la moindre indignation de la part de l’autorité traditionnelle de notre région qui se contente de faire les trois singes de l’indifférence (ne rien voir, ne rien entendre et ne rien dire).

M. Isse


 Share

Share this post:

Recent Posts

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :