Éthiopie/Égypte : Al-Sisi et Hailemariam Desalegn ont taillé une bavette sur le Nil

Ad

egypte maps flag-ethiopia maps flagPrésident Abdel Fattah Al-Sisi déclaré que l’Egypte ne s’oppose pas au droit de l’Ethiopie au développement à travers la mise en œuvre de projets sur le Nil, dans une réunion jeudi avec le Premier ministre éthiopien Hailemariam Desalegn.

Al-Sisi a ajouté, toutefois, qu’il devrait y avoir un regard particulier des droits à l’eau de l’Egypte, d’autant plus que la rivière du Nil constitue la seule source couvrant les besoins en eau du pays.

En marge de la réunion de la 24ème session ordinaire de la Conférence des Chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine (UA) dans la capitale éthiopienne, à Addis-Abeba, Al-Sisi et Desalgen sont convenus que la solution à la question du Grand barrage éthiopienne -Renaissance Dam (RGO) sera coordonné par une commission mixte, selon un communiqué du porte-parole officiel de la présidence.

Durant sa courte visite, Al-Sisi a également tenu plusieurs réunions bilatérales avec les présidents de la Tunisie, de l’Ouganda, de Djibouti, le Soudan du Sud et le premier ministre de la Suède, entre autres.

Al-Sisi s’est rendu à Addis-Abeba le 29 Janvier 2015 pour le sommet de l’UA. Il a dû écourter sa visite en raison des attaques dans le nord du Sinaï jeudi soir ciblant un certain nombre de bâtiments et des installations de sécurité. Les attaques ont coûté la vie à au moins 25 policiers et du personnel de l’armée, selon le journal d’Etat Al-Ahram, le vendredi.

Le RGO a été un sujet de discorde et des pourparlers tripartites  entre l’Ethiopie, l’Egypte et le Soudan. Ces deux derniers pays ont exprimé leur inquiétude quant à l’impact potentiel du barrage hydroélectrique pourrait avoir sur leur part de l’eau du Nil vitale.

Les ministres des Affaires étrangères de l’Egypte et de l’Ethiopie se sont exprimés en Novembre 2014 leurs reconnaissances mutuelles pour les droits de l’eau des nations les uns des autres après la cinquième session du comité égypto-éthiopienne conjointe à Addis-Abeba.

En Janvier 2015, l’Egypte s’est opposé à l’actuel barrage d’une capacité de stockage élevée, car les études ont montré qu’il aura une incidence sur la sécurité nationale de l’eau de l’Egypte.

L’Egypte a été réintégré à l’UA le Juin dernier, un mois après avoir été suspendu à la suite de l’éviction de l’ancien président Mohamed Morsi, qui l’UA considéré sa destitution comme une inconstitutionnelle coup d’Etat militaire.

Hassan Cher


 Share
Ad
Authored by: Hassan Cher Hared

Hassan Cher Hared

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.