Ethiopie : échec des discussions entre Addis-Abeba et le Caire au sujet du grand barrage éthiopien sur le Nil Bleu

egypte maps flag-ethiopia maps flagLa délégation égyptienne, dirigée par le ministre de l’eau, est revenu de l’Ethiopie mardi après avoir échoué à avoir un accord commun sur les   » points de friction  » sur le Grand barrage éthiopien de la renaissance Dam.

Le Ministre des Ressources en Eau et de l’Irrigation, Mohamed Abdul Muttalib, a repris les négociations dans la capitale éthiopienne, le lundi. Le ministère égyptien de l’eau, Abdul Muttalib,  a accepté une invitation de son homologue éthiopien, Alemayehu Tegunu, pour tenir des pourparlers, or le ministère des Affaires étrangères de l’Éthiopie a déclaré: « C’est le ministre Muttalib qui a demandé à se rendre en Ethiopie.  »

Le ministère de l’eau de l’Egypte a affirmé après la réunion que  » toutes les suggestions de la délégation égyptienne à résoudre les points de désaccord ont été accueillies avec rejet injustifié, pour atteindre le niveau de l’obstination.  »

Le ministère a continué dans sa déclaration que cela prouve que le côté éthiopien ne regarde pas le problème actuel avec « attention et de sérieux  » suffisante.

l’Ethiopie , d’autre part , a indiqué que les discussions  » n’ont pas progressé d’un iota  » en raison d’une divergence d’opinion au sujet de la participation d’experts internationaux dans un comité chargé de superviser la mise en œuvre des recommandations d’un rapport rédigé par le Groupe international d’experts en 2013 .

Le Ministère des Affaires étrangères de l’Éthiopie a déclaré: « L’Egypte veut inclure des experts internationaux sur ce comité .l’Ethiopie et le Soudan ont été clairs: ils ne voient pas la nécessité autre  que les représentants des trois pays pour le comité proposé.  »

Le comité suprême pour l’eau du Nil de l’Egypte a affirmé un jour avant les pourparlers du lundi l’importance des avantages mutuels pour les populations des pays du bassin du Nil, à une réunion en présence d’Abdoul Mouttalib et dirigé par le Premier ministre Hazem El – Bebalawi.

le Porte-parole du ministère de l’eau, Khaled Wassif, a déclaré après le dernier cycle de négociations , lundi, que le barrage de la Renaissance , qui est actuellement en construction ,  » manque de légitimité  » à ce jour, car « aucun pays n’a annoncé son approbation de construction en cours « , a rapporté MENA .

Wassif déclaré à la télévision d’Etat  qu’il n’y a aucune raison de continuer à fréquenter les négociations quand il est clair que l’intention du côté éthiopien est de ne pas coopérer.

Wassif a ajouté que le gouvernement égyptien travaille sur plus d’un possible et qu’il aura recours à des voies différentes pour protéger ses intérêts pacifiquement.

Le barrage a longtemps été un point de discorde entre l’Egypte et l’Ethiopie, l’Egypte craint que cela ait un effet négatif sur sa part des eaux du Nil. L’Egypte est en possession de la part la plus importante de l’eau de Nil. Conformément aux accords signés en 1929 et 1959, l’Egypte a une garanti 55.5 milliards de mètre cubes sur 84 milliards de mètres cubes d’eau du Nil produites chaque année.

La construction du barrage devrait être complète en trois ans. Il est construit sur ​​le Nil Bleu, un des principaux affluents du Nil ; son origine est en Ethiopie et il fournit l’Egypte avec 80 % de l’eau du fleuve.

Dans une interview en Janvier  2014, le ministre éthiopien de l’eau a déclaré que l’Egypte a été « mal informé » sur certaines questions concernant le barrage et la quantité d’eau qui atteindrait l’Egypte.

Le directeur de projet du barrage, Simegnew Bekele, a dit, également en Janvier 2014, que le barrage devrait prévenir les inondations annuelles au Soudan et aiderait à prévenir l’accumulation de limon dans les barrages situés au Soudan et en Egypte. Il a ajouté qu’il fera également empêcher l’évaporation de l’eau des pays en aval, et offrirait des possibilités pour l’Éthiopie à exporter de l’électricité vers les pays voisins.

Dans son dernier voyage en Ethiopie, Abdoul Mouttalib a affirmé la position de l’Egypte sur le barrage : il ne donnera pas une seule goutte de son approvisionnement historique  du Nil, et, cependant, de soutenir les aspirations éthiopiens dont la création de projets de développement, la production d’électricité et d’élever le niveau de vie du peuple éthiopien.

Bien que le ministre de l’eau de l’Egypte  » a salué l’atmosphère  » des pourparlers de décembre 2013 et a dit qu’il y avait un  » nouvel esprit  » favorisant  » la réalisation de bons résultats  » , il a ajouté   » quelques points de friction  » demeurent . Les trois parties ne sont pas parvenues à un accord en Janvier 2014. La partie égyptienne a déclaré que deux points ont été discutés, mais a été refusé par l’Ethiopie. Les pourparlers de Novembre 2013 ont également échoué sur la mise en place du comité.

HCH

Share this post:

Recent Posts

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :