Ethiopie : Addis-Abeba sollicite l’extradition du pilote pour le juger

drapeau ethiopieLe pilote éthiopien qui a détourné un vol à destination de Rome vers Genève a récemment perdu son oncle,  suggérant l’angoisse de la mort peut l’avoir laissé sur le bord.

Le pilote avait l’habitude d’appeler les membres de la famille avant ses voyages à l’étranger, mais avait depuis cessé de le faire et a semblé se démarquer de ses parents, dit Alemu.

« Je crains que la mort de son oncle … a mis une pression sur sa vie,  » a-t-il dit. Il a dénommé l’oncle défunt Emiru Seyoum et dit qu’il a enseigné à l’Université d’Addis-Abeba en Ethiopie. Il n’a pas dit comment l’oncle de Hailemedhin est mort.

Une notice nécrologique pour Emiru sur le site de l’Université d’Addis-Abeba a déclaré le professeur agrégé au département de l’université des sciences zoologiques est décédé subitement le 1er janvier en quittant sa maison pour l’université.

La notice de décès a déclaré sa «mort malheureuse et prématurée était très choquant et incompréhensible» de ses collègues de travail. Il n’a donné aucun détail sur la façon dont il est mort.

Hailemedhin, qui avait travaillé pour la compagnie Ethiopian Airlines pour cinq ans, a dérouté l’avion pour Genève, où il a utilisé une corde pour se retire d’une fenêtre et a ensuite demandé l’asile politique.

L’avion de ligne transportant 200 passagers et les membres d’équipage a décollé de la capitale éthiopienne, Addis-Abeba, par un vol à destination de Milan et Rome, mais un message de détresse a été  envoyé sur le Soudan pour annoncer le détournement, un fonctionnaire. Une fois que l’avion était en Europe, deux avions de chasse italiens et français jets ont été envoyés pour l’accompagner.

Après avoir été arrêté par les autorités suisses, a indiqué la police, Hailemedhin leur a dit qu’il se sentait « menacée» en Ethiopie. La police n’a pas précisé pourquoi et de qui il avait peur.

Ethiopian Airlines est une compagnie de l’état de l’Ethiopie, qui a fait face à la critique persistante sur son bilan des droits et son intolérance présumée de la dissidence politique.

Redwan Hussein, un porte-parole du gouvernement éthiopien, a déclaré aux journalistes lundi que Hailemedhin n’avait pas de casier judiciaire. Redwan a révélé que le gouvernement  éthiopien sollicite l’extradition de Hailemedhin de la Suisse, où il est actuellement en détention.

Le procureur Olivier Jornot à Genève, a dit : « le co-pilote sera poursuivi pour prise d’otages, un crime passible de jusqu’à 20 ans de prison. »

Hassan Cher

Share this post:

Recent Posts

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :