Erythrée / Soudan : Des demandeurs d’asile africains protestent devant le bureau du HCR en Israël

unhcrQuelque 2.000 demandeurs d’asile africains ont protesté jeudi devant le bureau du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) à Tel Aviv, réclamant de l’aide et la régularisation de leur situation en Israël.

Les demandeurs d’asile, dont la plupart ont été victimes de persécutions et de la guerre en Erythrée et au Soudan, protestent depuis des mois contre une nouvelle loi qui permet à Israël de les détenir indéfiniment dans un « centre de détention ouvert » dans le désert du Néguev, dans le sud d’Israël.

Devant le bureau du HCR, les manifestants ont brandi des pancartes où l’on pouvait lire « 1951 », année où la Convention des Nations Unies pour les réfugiés a été signée, tout en scandant : « Représentants du HCR, où êtes-vous ? »

Les représentants des manifestants ont été reçus dans les locaux et ont remis une lettre au personnel appelant le HCR à faire pression sur Israël pour annuler sa politique de détention.

« Si Israël nous déporte vers nos pays, c’est une mort brutale qui nous attend », écrivent-ils dans leur lettre. « Nos frères sont emprisonnés et nos conditions de vie s’aggravent, où êtes-vous HCR ? », ont-ils ajouté.

Depuis l’inauguration de l’installation en janvier, des centaines de demandeurs d’asile ont été emprisonnés et 2.000 ont été convoqués au centre de détention Holot. En réponse, les demandeurs d’asile organisent depuis des semaines de grandes manifestations à Tel Aviv et à Jérusalem, exigeant d’Israël afin qu’il examine leurs demandes d’asile individuelles et qu’il leur accorde les droits des réfugiés.

Leur mouvement de protestation a été largement ignoré par le gouvernement israélien, qui les considère comme un fardeau social et une menace pour l’identité juive du pays. « Les manifestations et les grèves ne vont pas aider », avait déclaré le mois dernier M. Netanyahou. « De la même manière que nous sommes en mesure d’endiguer les infiltrations illégales à nos frontières, nous sommes inébranlables dans notre engagement à expulser ceux qui sont entrés avant la fermeture de la frontière ».

Share this post:

Recent Posts

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :