L’Afrique de l’Est : La Corne dans le projet de « l’OTAN » indo-pacifique en gestation

L’Afrique de l’Est : La Corne dans le projet de « l’OTAN » indo-pacifique en gestation

Ad

« Des sous-marins chinois à Djibouti pour lutter contre les “pirates” inquiètent la marine des certains pays occidentaux et Delhi »

La marine chinoise a connu la croissance la plus rapide de toutes les forces navales au monde au cours de ces dernières années, a déclaré le chef de la marine indienne, l’amiral Sunil Lanba. S’exprimant lors du dialogue Raisina, l’amiral Lanba a déclaré que la marine chinoise était présente dans l’océan Indien depuis 2008.

« Le dialogue Raisina est une conférence multilatérale organisée chaque année à New Delhi. Depuis sa création en 2016, la conférence est devenue la conférence phare de l’Inde sur la géopolitique et la géoéconomie. La conférence est organisée par “Observer Research Foundation”, un groupe de réflexion indépendant, en collaboration avec le ministère des Affaires extérieures de l’Inde.

La conférence est structurée comme une discussion multisectorielle impliquant de nombreux décideurs, y compris des chefs d’État, des ministres et des représentants des gouvernements locaux. En outre, le Dialogue accueille également de hauts responsables du secteur privé, ainsi que des membres des médias et des milieux universitaires. »

Après avoir ajouté un nombre phénoménal de 80 navires à leur marine au cours des cinq dernières années, Lanba a déclaré : « Ils sont une force et ils sont une force qui est là pour y rester. »

« À tout moment, il y a six à huit navires de la marine chinoise dans la partie nord de l’océan indien »

Depuis 2008, a-t-il ajouté, la présence navale chinoise dans la région de l’océan Indien se présentait sous la forme d’une force d’escorte anti-pirate. « La 31e force d’escorte anti-pirate est présente dans le golfe d’Aden. » Toutefois, soulignant des inquiétudes quant à la nature réelle de la présence de la Chine, il a déclaré que sa base à Djibouti était destinée à des opérations anti-pirates, a indiqué la Chine ». Des sous-marins déployés pour des opérations anti-pirates semblent inquiéter beaucoup des pays ».

Le groupe Indo-Pacifique a vu les chefs de la marine de l’Inde, de l’Australie, du Japon, de la France et le chef du commandement indo-pacifique des États-Unis discuter de la présence militaire chinoise et de ses implications.

L’amiral Kawano, le chef de la marine japonaise, a déclaré que le Japon et la Chine étaient « en état de conflit » dans la mer de Chine orientale. « Je dois admettre que les activités de l’armée de l’air et de la marine chinoises dans la région se sont intensifiées », a-t-il déclaré. « Cependant, nous (la Chine et le Japon) avons signé un mémorandum de communication maritime et aérienne. Nous envisageons également une visite des ministres de la Défense chinois », a-t-il déclaré, indiquant que le dégel était imminent.

Pour les États-Unis, renommer le Commandement du Pacifique en Commandement Indo-Pacifique était une reconnaissance de l’évolution géopolitique dans l’océan Indien et Pacifique.

Madame Marisa Payne, ministre des Affaires étrangères de l’Australie, a déclaré lors d’une séance plénière que, dans l’océan Indien, l’Australie cherchait à développer un « partenariat stratégique avec l’Inde renforcera ainsi son rôle d’ancrage stratégique dans la région ».

« En mois de mars 2018, le plus important déploiement naval annuel d’Australie, dans la région Indo-Pacifique, composé de cinq navires au maximum, dont des frégates, des hélicoptères (HMAS Canberra), un navire de ravitaillement et environ 1 400 hommes en uniformes. L’engagement avec l’Inde sera la pierre angulaire du déploiement de cette année dans l’océan Indien, avec notre exercice naval bilatéral AUSINDEX au cœur de celle-ci », a-t-elle déclaré.

Alors que les dirigeants civils indiens refusent ouvertement d’approuver l’intérêt d’un pacte Indo-Pacifique entre certaines puissances précitées, le chef de la marine n’a pas exprimé de telles réserves. Un pacte du genre de l’OTAN, a-t-il déclaré, était favorable à un ordre inclusif, libre et basé sur des règles et à un engagement à respecter les règles et accords internationaux. Ce regroupement, a-t-il affirmé, « se développera avec le temps ».

La visite du ministre britannique de la Défense, Gavin Williamson, à Hargeisa – en Somaliland, semble avoir des liens avec le projet susmentionné d’un projet militaire Indo-Pacifique dont le but principal est de faire barrage à la montée en puissance de la Chine de la présence chinoise dans le Pacifique et l’océan Indien.

Hassan Cher


 Share
Ad
Authored by: Hassan Cher Hared

Hassan Cher Hared